mercredi 19 janvier 2011

Lueur de désespoir

On parle beaucoup de la Tunisie depuis quelques jours. Cela devait être dimanche soir, ou peut-être déjà samedi, j'ai entendu une femme, une inconnue, une n'importe qui, aux informations. Une parmi d'autres, mais ce qu'elle a dit m'a fait impression.

Cette tunisienne disait qu'elle se fichait pas mal de qui était au pouvoir, pourvu qu'elle ait quelque chose à mettre dans l'assiette de ses enfants.

Bien entendu, on pourrait sortir la phrase de son contexte et prétendre qu'elle souhaitait le retour des anciens dirigeants. Dieu (peu importe le nom que nous lui donnons) m'en garde de tirer cette conclusion.

Mais je pourrais aussi sortir la phrase de son contexte, même de son pays, et dire que c'est sans doute notre souhait à nous tous. Que les dirigeants travaillent pour nous, et pas pour eux-mêmes. Qu'ils fassent tout pour que nous puissions remplir notre assiette et celle de nos enfants, au lieu de s'occuper de leur propre compte en banque. De leur carrière, de leur réussite. De leur assiette, parfois déjà pleine à ras le bord. Et si ça déborde, on en prend une autre, plus grande celle-ci...

Depuis que la politique est devenu un métier, il est nécessaire pour ceux qui le font - peu importe le bord qu'ils affichent- de s'occuper d'abord de leur carrière. Il n'y a que de cette façon qu'ils peuvent remplir leur assiette, et s'assurer qu'elle reste pleine. Que ferions-nous à leur place? Ne sommes-nous pas heureux quand on nous annonce une hausse de notre salaire, un meilleur résultat pour notre entreprise, un gain au loto ou au PMU? Devenir star de quelque chose et gagner des millions est le rêve de nombreux jeunes.

Qui peut me dire où va la limite entre le nécessaire, le raisonnable et la cupidité? Nous vivons dans un monde où l'argent compte énormément. Pour ceux qui en ont, comme pour ceux qui n'en ont pas.

Alors changer? Mais comment? Où trouver une équipe politique qui n'a plus envie - ou besoin - de penser à elle-même? Je crois que c'est fichu, et qu'il va falloir continuer comme avant, voter pour ceux qui parlent le mieux de nos idées, et ensuite, espérer qu'il y aura aussi quelques miettes pour nous!

Trouver quelqu'un qui travaille pour nous sans arrière-pensées, je n'y crois pas. Je n'y crois plus.

La démocratie a ses points fort et aussi ses faiblesses.

28 commentaires:

Olivier a dit…

"Il faut prendre la démocratie comme elle est, cette démocratie dont un grand homme politique a dit qu'elle était le pire des régimes, à l'exception bien entendu de tous les autres." Audiard

claude a dit…

Ton ciel est ùagnifique, il ressemble à celui que j'ai hier en rentrant à la maison sansq mon APN dans ma belle auto.
Tu sais, déjà quand tu n'as pas trop d'argent, les comptes sont vite faits.
Le mot démocratie est un peu galvaudé et on se demande maintenant si ce n'est pas une utopie.
Sauf cas extrême entre la droite ou la gauche et le FN en finale, j'irai voter, sinon, nada !
On a eu trop de promesses non tenues, trop d'espoirs envolés.
Il faudrait peut-être qu'en France, nous fassions aussi une petite révolution pour secouer le cocotier à tout ça !

✿ ♥ France ✿ ✿ a dit…

Bonjour oui la télé en parle encore et encore et moi j'en ai un peu assez. Je préfére regarder le ciel chez toi ainsi pour moi c'est le moment de repos et j'en suis ravie. Pour la potitique et bien je ne vais rien dire. Mais je pense que si je parle qui va donc m'écouter. Tout est fait et c'est trop tard pour refaire notre monde. Pauvre France je trouve. Alors pour la Tunisie je ne m'en occupe pas du tout. Car il y a tant à faire ici.
BISOU

Cergie a dit…

Consacrer une part importante de son énergie pour la nourriture c'est ce que nous ne voulons plus en France et nous consacrons une moindre part de notre budget à cela du moins pour ceux qui ont la chance d'en avoir les moyens ce qui n'est hélas pas le cas de tous.
Si seulement on pouvait revenir aux vraies valeurs on serait un peuple moins déprimé...

Cergie a dit…

Il n'est pas sûr que nous vivions vraiment en démocratie qd qqns manipulent les autres et que chacun a la même voix dans les urnes pourtant.

hpy a dit…

Cergie, que proposes-tu de mieux que la démocratie? Le pouvoir de la rue? Ce n'est pas la même chose.

hpy a dit…

Cergie, tu parles de peuple déprimé, et tu as sans doute raison, car un récent sondage démontre que les français sont plus pessimistes quant à leur avenir que les habitants de beaucoup de pays beaucoup plus pauvres ou en crise. Il me semble me rappeler que même les afghans sont plus optimistes, tout comme d'autres peuples que nous n'envions certainement pas.

Pardonnez moi tous d'être un peu sérieuse, mais ça fait partie de ma nature. Ca aussi.

Daniel a dit…

Oh! la, la, la fronde gronde!!
Nous allons avoir une nouvelles nuit de Varennes ?
Bonne journée A +

Ina a dit…

Toimiva oppositio ja aidosti vapaat vaalit lienevät ne peruskivet, joiden varassa demokratia voi toteutua. Jos jompikumpi puuttuu tai on huono, niin vallassa olevia ei pitele mikään. Niin, ja tietysti valpas ja aktiivinen kansa.

Yhden sanonnan mukaan kansalla on sellaiset johtajat kuin se ansaitsee. Tämä ei tietenkään päde muussa kuin hyvin toimivassa demokratiassa, mutta siellä kylläkin. Jos kansaa kiinnostavat vain päättäjien romanssit ja asusteet, ja valtaan valitaan vain julkkiksia (urheilijoita ja valokuvamalleja), niin kansa saa syyttää itseään.

Brigitte a dit…

C'est une belle page que tu as écrit !
En France il y a de nombreuses personnes qui n'ont rien à mettre dans leur assiette (voir ATD Quart Monde et le Secours Populaire) et tout ceci parce qu'elles n'ont pas accès à l'emploi. Le gouvernement leur jette des miettes (RSA) pour les calmer mais ... ventre affamé n'a pas d'oreilles ...

hpy a dit…

Ina, luulisin etta romanssit jne kiinnostavat kansaa paljon enemman kuin tarkeat asiat.

Liisa a dit…

Yesterday I watched a short documentary of slave work in today´s Finland. You know we have this lack of workers, as the politicians keep telling us, and at the same time, there´s this huge group of unemployed people. Why don´t these two things meet?

Why is it possible in this "best-ever-country-to-live-in" for foreign people to import workers from the far east (this time it was Bangladesh) for a very high price and promises to come here.

They worked (mostly as cleaners sevens days a week) for months for less than 400 euros a month, were intimidated to speak up. If they did they would not get a new work permit. I hate our country for this. And it's all because of money, greed. Is it really impossible to stop this modern slavery? I think they don¨t really care.

hpy a dit…

Liisa, I can't understand it either. And there are many other things that I don't understand. There's much more money around than before, yet things are worse.

Sciarada a dit…

Ciao Hélène,
the problem is that in this particular historical moment, the strengths of democracy do not see, what is obvious is the disgust of the political classes!

Roger Gauthier a dit…

Cette magnifique photo illustre parfaitement ta pensée.

J'ajouterais un commentaire, si je peux. Les démocraties telles que nous les connaissons en Occident sont très loin de la perfection (ha ha). Elles sont toutefois une bien meilleure alternative que n'importe quelle dictature, dont on finit généralement par se débarrasser dans un bain de sang.

Mais... moi aussi, ai-je vraiment confiance en ceux qui nous dirigent ? Je n'y crois plus non plus. Ici, localement, c'est très très laid merci. Et la Mafia qui infiltre le pouvoir entre autres bonnes choses.

Je me demande quelle part de responsabilité nous avons tous. Parce que je suis certain que nous avons une part de responsabilité.

Merci pour ce message qui incite à la réflexion.

Roger

Thérèse a dit…

Et le même dialogue vaut pour ici...comme signalé chez Claude tout à l'heure.

KooTee a dit…

Komea taivas.

Bergson a dit…

il y a quelques années Hidurain avait gagné 5 tours de France ; un journaliste affirmait qu'il avait gagné assez d'argent pour 5 générations.
Il serait petit joueur actuellement avec sa fortune et lui ne l'avait pas volée

isopeikko a dit…

Ne puut siellä kuvan vasemmassa reunassa vievät mielenkiinnon.

Solange a dit…

Il y a une éclairsie dans ton ciel, souhaitons la même en politique.

Kutuharju a dit…

When I read about the young Tunisian who committed (self)-immolation, because he could not support himself honestly & with respect, it made me so VERY angry. And this rich bitch stole the glodbricks (1 500 kilos) for 45 million's of euros worth -- outrageous. Their (the Ali's) 'possession' is worth milliard euros (thousand million euros) while people starve. It's a shame they got away with it. Another Ceausescu-couple, who escaped the justice.

Mick a dit…

There's always room for a righteous revolution ... maybe. For, after a century or so, socialism creeps in and stateists work their wiles, the meek wait patiently to inherit the earth and, once again, the political elite attempt to corrupt systems and take power.

Sirokko a dit…

Eikös ne ole markkinavoimat mitkä pyörittävät jo politiikkaakin. Vai onko kuulunut poikkipuolista sanaa Tunisian diktatuurista tätä ennen, hyvin on kelvannut halvat sairaalat ja kauneusleikkaukset, tavallinen kansa on kierretty kaukaa.
Minä en enää usko ihmisen pyyteettömyyteen. Tilaisuuden tullen lähes jokainen ajattelee omaa etuaan ja jos valtaan pääsee niin pahimmassa tapauksessa kiiruusti kahmitaan kaikki mahdolliset edut ja saatavat ennen kuin loppu koittaa. Enemmän tai vähemmän salaa, maasta riippuen.
Vaikka olisi lähtöisin tyhjästä niin unohtuuhan se, valta erkaannuttaa entisestä todellisuudesta ihmeen helposti. Varsinkin jos selän takana on yli ajavaa voimaa - vaikka ahne puoliso.

ALAIN a dit…

Je suis d'accord avec toi pour dire que la démocratie reste un luxe.

jean-marc a dit…

Juste deux "pensées"
La différence entre une dictature et une démocratie: la dictature c'est ferme la, démocratie c'est cause toujours
Sinon, Louise Michel en 1871: "Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste."

Deslilas a dit…

C'est pourquoi il faut se méfier de ceux qui ne pensent qu'à cà même en se rasant.
Et ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain.
Le dévouement désinteressé existe chez nombre de bénévoles du mouvement associatif et même de miltants syndicaux et politiques.
Ce sont nos mécanismes de sélection et de désignation qui favorisent les bonimenteurs sans scrupule qui ne franchiraient jamais les portes de toute entreprise sérieuse dotée d'une direction du personnel compétente.

hpy a dit…

Deslilas, tout le monde a droit à une opinion, ceux qui pensent comme moi tout comme ceux qui pensent autrement.

hpy a dit…

Jean-Marc, et moi, je suis révolutionnaire - à ma manière.