dimanche 23 janvier 2011

L'attaque

Tout au long de ma vie j'ai rencontré des gens de pays et de continents différents, des gens de cultures différentes, voire de religions différentes, et même des athéistes.

Quand je rencontre un inconnu, je ne lui demande pas d'entrée d'où il vient, ni quel dieu il prie. Cela ne me regarde pas. Bien sûr nous pouvons parler de nos pays, dire d'où nous venons, mais ce n'est pas le but de notre rencontre. Ce n'est pas la chose la plus importante. Et si nous parlons religion, ce qui peut arriver, c'est d'une façon neutre. Nous discutons tout simplement. Pour mieux faire connaissance. Pour apprendre.

Si par hasard nous ne nous entendons pas, ce n'est pas à cause de notre nationalité ou de notre religion. C'est bien pour des raisons toutes autres. Au moins je l'espère.

Alors, que dire du polémique autour d'un écrivain mort depuis des dizaines d'années déjà et dont on avait décidé de célébrer l'anniversaire de la mort. Il faut dire que c'est un écrivain connu dans son pays, le même où je vis. Même moi, je connais son nom!

Mais cet écrivain a écrit des choses très désagréables sur des gens d'une religion autre que la sienne.

Il avait ses raisons de le faire. Bonnes ou mauvaises d'ailleurs. Là n'est pas la question. Il les avait, ces raisons ou ces déraisons.

Et maintenant cela lui retombe dessus, cinquante ans après sa mort, car un défenseur des gens pratiquant cette religion a crié au scandale.

On ne doit pas fêter l'écrivain en question, pourtant considéré comme un des grands de son pays.

Et le ministre en charge de la célébration, beaucoup plus politiquement correct que moi, cède. Tout de suite.

Alors moi je prétends, qu'à force de vouloir faire trop bien, on arrive facilement à un résultat diamétralement opposé, car je ne suis pas la seule que cela énerve, et certains pourraient même mettre ceci sur le dos de ceux qui pratiquent la religion en question. Ils pourraient dire que c'est une forme grave d'intolérance vis-à-vis de toutes les autres religions, et même vis-à-vis de ceux qui se croient athéistes.

Mon pays natal a été en guerre contre un autre pays, beaucoup plus grand. Une certaine haine en est née, surtout chez les générations qui ont vécu pendant cette époque, et j'ajouterais, sans aucun doute des deux cotés de la frontière!

Pourtant je ne me refuse pas le droit de lire des écrivains de ce pays, d'écouter leur musique; je connais même quelques rares mots de sa langue. Je regrette seulement de ne pas parler leur langue.

Il y a peut-être des choses plus importantes dans la vie que de s'occuper du passé, de ses mauvais souvenirs, car nous avons encore un avenir à construire, et bien que l'avenir se construise sur le passé, parfois il vaut mieux pardonner. Si nous ne le faisons pas, nous nous haïrons d'autant plus.

Et cela, je ne pense pas que ce soit le but.

20 commentaires:

SusuPetal a dit…

Hitchcockin Linnut oli lapsuuden karmaisevia kokemuksia ja edelleenkin kavahdan lintuja, varsinkin lokkeja.

✿ ♥ France ✿ ✿ a dit…

>Bonjour
Merci pour cette superbe photo. Je pense que je vais passer une très belle journée
Merci

ELFI a dit…

expérience faite ..comme je ne parle pas bien l'anglais, l' allemand est encore un mauvais souvenir en hollande ..et très souvent réfusé par la population..mais je comprends leur langue.. moi, je ne suis pour rien..

Sirokko a dit…

Je ne comprends pas pourquoi, en général, on célèbre l'anniversaire de la mort.. à dire qu'on est heureux que la personne soit décédé..
logiquement on devrait plutôt commémorer sa naissance s'il en vaille la peine..

ALAIN a dit…

Rimbaud fut marchand d'esclaves, Rousseau abandonna ses enfants...célébrons les oeuvres artistiques et laissons les artistes en repos.

korianteri a dit…

C'est difficile. On oublie peut-être souvent que les écrivains ne sont que des hommes et ils peuvent faire des erreurs graves (de jugement) aussi... Leurs oeuvres peuvent pourtant avoir des merites artistiques. Je suis donc de même avis que ALAIN, et Sirokko a un point (has a point) aussi!

Thérèse a dit…

Un moyen de plus de nous voler l'Histoire!
Une Liberté qui s'effiloche.
Une nouvelle Education en cours.

alice a dit…

Difficile question. Comme l'écrit Alain, sans doute faudrait-il se concentrer davantage sur l'oeuvre que sur l'auteur. Encore faudrait-il que ceux qui parlent aient lu l'oeuvre, au moins en partie. Parler de l'auteur est sans doute plus facile et plus rapide.
Mais dans le cas dont il s'agit ici, l'auteur était sans conteste un personnage assez odieux. Et son oeuvre est en partie nauséabonde, pour ne pas dire abjecte.
Donc est-il possible de dissocier l'auteur de son oeuvre? Ou alors faudrait-il disséquer l'oeuvre pour n'en garder que les parts "acceptables"?
Et puis, il y a tant de bons livres qui attendent d'être lus! Sisyphe, au secours ;-))

Marguerite-marie a dit…

il a été un très bon écrivain MAIS il ne s'est pas contenté de se montrer antisémite dans certains de ses écrits, il a été un grand dénonciateur. Comme le dit Alice il était abject. Alors le célébrer n'est pas moral.Je trouve même anormal de l'avoir inscrit sur une liste de célébration.
On ne peut pas tout oublier...

Accent Grave a dit…

J'ignore de quel écrivain vous parlez, de quelles religions, de quels pays... etc. Je vis aileurs.

L'important c'est que vous puissiez lire l'oeuvre et la juger.

Qu'on le célèbre ou qu'on en parle en mal, on s'en fout, il est mort!

Question: pourquoi n'écrivez-vous pas le nom de l'auteur? celui des religions? et pourquoi ne pas spécifier les pays dont vous parlez?

Accent grave

isopeikko a dit…

Lokit ovat aika vikkeliä, oppivaisiakin :)

amatamari© a dit…

I agree with everything you wrote:
it's necessary stay alert to the intellectual or political logic ...
sometimes are dangerous traps ...
:-)

jean-marc a dit…

Je ne connais pas la personne mais "Voyage au bout de la nuit", je ne m'en lasse pas.
Ce n'est pas l'écrivain que nous devrions célébrer mais plutôt son œuvre. Enfin, certaines de ses œuvres parce que "L'école des cadavres" ou précédemment: "Bagatelles pour un massacre" ....
Pour Accent Grave il s'agit de Louis Ferdinand Destouches connu sous le pseudonyme de Céline. Bernard Payr, qui travaillait au service de la propagande dans la France occupée par l'Allemagne Nazie se serait plaint du fait que Céline "gâcherait" son antisémitisme par des "obscénités" et des "cris d'hystérique". Voilà qui situe un peu le personnage.

hpy a dit…

Si je n'ai pas écrit le nom de l'écrivain, ni la religion en question, c'est parce que ceci n'a pas d'importance.

hpy a dit…

Tout le monde n'est pas un littéraire, un intellectuel, un instruit. Ceux qui ne connaissent pas l'Histoire ne voient dans l'histoire que l'ingérence, et cela attise la haine.

Mick a dit…

... and what religion are these scavengers practicing?

Ina a dit…

Toden totta, on hyvä päästä vanhojen asioiden yli ja elää elämää eteenpäin.
Tähän liittyen kuulin hiljattain seuraavan jutun.

Suomalaiselta mieheltä kysyttiin Venäjän rajalla, onko hän ollut Venäjällä aikaisemmin. "Kyllä olen", vastasi mies. "Missä tarkoituksessa?" kystyttiin seuraavaksi. "No, valloitustarkoituksessa" vastasi mies. Tullimies ymmärsi huumoria ja rupesi nauramaan.

Vanhoja ei tarvitse unohtaa, mutta tosiasiat tunnustamalla niiden yli voi päästä.

Airelle a dit…

je n'ai pas l'impression que les russes nous en veulent ou meme connaissent l'histoire - possible quand on pense comment on leur a menti - ils aiment la finlande et nous trouvent accueillant malgre la haine feroce des finlandais...
il est vrai que tout cela est loin derriere nous mais il ne faut pas pour autant oublier l'histoire...

hpy a dit…

Airelle, les finlandais on menti? En quoi?
Non, il ne faut pas oublier l'histoire, mais il ne faut pas y penser à chaque instant et choisir les morceaux qui nous conviennent.

Liisa a dit…

Erityisesti evakoiden kokemukset ovat olleet raskaita. Anteeksianto on ainoa ratkaisu, koska entiseen ei ole paluuta. Työssä ollessani vielä 80-luvulla se, että osasi naapurrimaan kieltä, teki minusta punaisen.