vendredi 5 juillet 2013

L'optimiste

Je dus me rendre à Rouen  mercredi matin. Le réveil sonna donc de bonne heure pour me permettre d'arriver avant les bouchons. Il ne faut pas arriver trop après 7 heures, si on ne veut pas faire la queue pour entrer dans l'agglomération.

Le temps était gris. Le thermomètre de la voiture affichait 14°, ce qui était relativement doux pour un mois de juillet 2013. Il avait plu pendant la nuit. Le sol était mouillé.

En écoutant la radio, j'appris que la température tournait autour de ces mêmes 14° un peu partout dans le département.  A Louviers, dans le département voisin,  un parent d'élève avait essayé d'étrangler une enseignante qui ne trouvait pas le blouson de son enfant vite assez à son goût. Il  était en garde à vue. A Rouen une femme avait été mordue au visage par le chien d'un SDF.  Elle était gravement blessée.  Personne ne donna des nouvelles du chien, ni de son maître, mais je suppose qu'elles n'étaient pas bonnes.

Il n'y avait pas encore trop de circulation quand j'atteignis mon premier but. Je trouvai facilement à garer la voiture dans un parking couvert. Une heure plus tard, cela aurait sans doute été plus difficile. 

Je ne mis pas longtemps avant de récupérer la voiture. Ma première visite fut beaucoup plus rapide que prévu. Le parking ne me coûta pas plus d'un euro. Je continuai vers deux autres endroits, dans la banlieue proche de Rouen cette fois-ci. Pas besoin de parking payant là, car je pus me garer dans la cour des deux entreprises visitées, surtout que je ne faisais que passer, le temps de déposer quelques documents dans la première et d'en récupérer d'autres dans la seconde, tout en échangeant quelques mots avec d'autres matinaux.

Pour rentrer chez moi, je décidai de passer par les quais de Rouen, au lieu de prendre l'autoroute, et c'est là, arrêtée à un feu rouge que je regardais des piétons se rendre à leur travail. Certains tenaient un parapluie au dessus de leur tête. C'était sans doute normal, car il crachinait comme il parait qu'il ne crachine qu'en Normandie. Le pare-brise de la voiture était d'ailleurs humide, et l'essuie-glace fonctionnait par intermittence.

D'autres piétons pressaient le pas, soit pour ne pas arriver en retard, soit pour essayer de passer entre les gouttes de pluie. 

Puis il y avait ce jeune homme. La trentaine peut-être, ou un peu moins. Il allait sans doute au travail. Mais il n'était pas pressé. J'avais l'impression qu'il ne se rendait pas compte des gouttes qui tombaient tout autour de lui. Je le suivis du regard aussi loin que possible. Il n'était ni laid, ni beau, mais il sortait de la masse, car il avait l'air heureux en bras de chemise - ou plutôt en chemisette - et avec des lunettes noires sur le nez sous le crachin normand. 

Même plus tard, j'étais déjà à mi-chemin sur la route de retour, j'eus une pensée pour lui quand l'essuie-glace de ma voiture se mit à essuyer plus vite encore. J'avais vu l'Optimiste.

7 commentaires:

ELFI a dit…

j'aime tes récits d'un jour ordinaire! bises

claude a dit…

Quelle aventure !
Il faut tjrs être optimiste, en tout, surtout en ce moment. Entre ce qui se passe dans le pays et le temps de merde qu'on a...
C'est pas comme à la maison, le mien, comme on dit ici, il est parti couvert de son sweat shirt. Je ne sais pas quelle température il fait, mais il bruine dur ici ce matin, voire de la purée de pois.
Cela veut dire que ma lessive va encore sécher dans la machine. Déjà qu'on a chauffé tard....
Bises

Peter Olson a dit…

Pas évident d’être optimiste en ce moment, à moins d’être inconscient.. . Pourtant, sans optimisme nous avons peu de chances de voir les choses aller mieux ! Soyons donc tous optimistes !!! (Ne me demande pas les raisons de l’être.)

Miss_Yves a dit…

Le nouveau récit à épisodes de l'été ?

Marguerite-marie a dit…

j'aime cette série d'une vie (bien remplie) et la chute dans cette grisaille celui qui veut y croire!!

Fifi a dit…

Qu'est ce qui fait qu'un être respire l'optimisme et qu'il détonne dans "le crachin normand" et l'ambiance catastrophe des infos ?
:-)

Liisa a dit…

Vilkaisen silloin tällöin paikkakuntakohtaisia säätiloja ja ihmettelen, miten siellä on jatkuvasti kylmempää kuin täällä. Onkohan näin ollut aina ja minulla väärä käsitys Ranskan ja Suomen ilmastosta?

Hyvää viikonloppua!