mercredi 24 novembre 2010

Des idées que l'on se fait

Il n'y a pas très longtemps j'ai lu, dans la presse des petits commerçants, sans doute, que la fréquentation des salons de coiffure était en diminution constante.

Les dames dont on dit gentiment qu'elles sont d'un certain age vont encore chez le coiffeur pour une teinture, une mise en plis, bien que moins qu'avant, mais les plus jeunes délaissent de plus en plus les salons.

Pour ma part, je n'ai jamais vraiment apprécié mes visites chez le coiffeur. Souvent beaucoup d'attente malgré le rendez-vous pris. Et je n'aime pas non plus parler de ma vie avec des parfaits inconnus. (Ecrire, c'est différent.)

Alors mes cheveux sont comme ils sont. Une mise en plis sur ma tête serait comme un déguisement et pourtant il m'est déjà arrivé d'aller chez le coiffeur.

Je me rappelle un jour où je m'étais fait couper les cheveux pas loin de mon appartement parisien. Cela devait être à la fin des années 1970.

Un ami que j'ai vu peu de temps après m'a dit: Tu t'es fait couper les cheveux! Je lui dit où. Et il s'est exclamé: Beurk! T'es allée chez les pédés!

D'après lui tous les coiffeurs hommes étaient "des pédés". J'ai pourtant continué à fréquenter de façon assez régulière ce salon tenu par deux hommes. En effet, je n'y allais pas dans l'espoir de me faire sauter, mais pour me faire couper les tifs et je pouvais y aller sans rendez-vous et sans être obligée de babiller.

Et puis, si après tout ils aimaient les hommes, c'était leur droit, leur vie privée, et celle-là ne me concernait absolument pas.

Bien des années plus tard j'ai eu besoin d'une coupe pour être à peu près présentable à un enterrement. C'était à Helsinki. Je suis allée faire un tour dans le quartier où habitait ma mère, mais partout il fallait prendre rendez-vous, et je n'avais ni le temps, ni l'envie.

Ma mère m'a alors donné un tuyau. Elle allait de temps à autre chez un coiffeur immigré pour se faire couper les cheveux. Il n'était pas cher, me dit-elle, et pas pire qu'un autre.

C'est ce que j'ai fait. J'ai attendu qu'il termine le client qui était déjà là; ce n'était pas une longue attente.

Je lui ai dit que c'était ma mère qui m'envoyait. Il savait qui j'étais, que j'étais moi aussi un oiseau migrateur. Alors il m'a raconté sa vie, il m'a demandé comment c'était pour moi. On en a parlé. Il était sympathique, et il s'est aussi bien occupé de mes cheveux.

Il m'a montré des photos de son appartement et de la femme avec qui il vivait. Il se disait heureux avec elle, bien que leurs habitudes n'étaient pas toujours les mêmes, car elle venait d'un autre pays, une autre culture que lui.

Mon ami, perdu de vue depuis pas mal de temps déjà, aurait sans doute dit: Beurk! T'es allée chez un immigré! Et il aurait sans doute eu ses certitudes sur cette catégorie d'hommes aussi.

***

Que ce petit texte ne vous fasse pas croire que j'adore tous les hommes - et les femmes - qui s'embrassent de façon ostentatoire devant les caméras des média dans les manifestations de Gay Pride ou autre, car ce n'est pas le cas, tout comme je ne me sens pas obligée d'aimer tous les é- ou im-migrants pour la seule raison qu'ils le sont. Je réserve mon appréciation des uns et des autres aux individus et à leur comportement, pas à un groupe. J'estime donc que j'ai le droit d'apprécier quelqu'un - ou de ne pas le faire - sans qu'on me donne des noms d'oiseaux pour autant.

38 commentaires:

hpy a dit…

Catherine, j'espère que tu es contente, l'araignée est maintenant chez moi. C'est bien cela que tu m'avais demandé?

Olivier a dit…

spiderman spiderman.....moi ma coiffeuse est sympa, elle parle pas beaucoup (et je l'en remercie), elle m'offre un cafe (et je l'en remercie) et assez rare elle fait la barbe (et je l'en remercie), j'attends pas (et je l'en remercie) et elle est rapide (et je l'en remercie), la seule chose qu'elle fait pas (et je le regrette) c'est un massage de la tete au debut (c'est tellement bon)....

claude a dit…

J'ai toujours été plus ou moins ma propre coiffeuse. Je n'allais chez le coupetifs que pour une permanente.
J'ai une nature de cheveux un peu rebelle. La dernière permanente que j'ai fais faire date d'avant notre voyage aux States en 2009. Je ne sais pourquoi, ma coiffeuse m'a effilé les cheveux avant de les friser, résultat, pas de volume dans mes frisettes que je n'arrivais pas à dompter.
Depuis, je ne suis jamais retournée chez le merlan, je me coupe les cheveux moi-même. Pas toujours facile derrère la tête, mais j'me débrouille. un coup de gel pour les tenir et le tour est joué.
Qunand à savoir si les coiffeurs de la ville sont homos où originaires d'un autre pays que le mien, "j'm'en bats l'oeil", "je m'en tape le coquillard", du moment que le résultat de la séance donne satisfaction. Ceux qui dénigrent ont une araignée dans le plafond.

ALAIN a dit…

Les coiffeurs pour hommes, dans ma jeunesse, étaient les seuls endroits où on pouvait feuilleter "Playboy" gratuitement. Je ne sais pas si c'est encore le cas, n'ayant plus grand chose à faire couper depuis longtemps.

SusuPetal a dit…

I like spiders if they are not too big.

ELFI a dit…

ah, finalement l'araignée..
très intéressant ..
j'étais décoratrice, de longues années..et j'ai travaillé avec des hommes et femmes de tout bord.. toujours exceptionnels..!

Cergie a dit…

Tu devrais te couper les tifs toi-même comme une dame que j'ai rencontrée hier dont le patronyme se termine en "-ian" et qui a de magnifiques boucles brunes.
(Cette araignée que tu as au plafond est une araignée-loup qui ne tisse pas de toile mais chasse à l'affut)

hpy a dit…

Olivier, le massage de la tête est la seule chose que j'apprécie chez le coiffeur.

Claude, tu as de beaux cheveux, tu sais.

Alain, tu ne connais pas ta chance alors!

SusuPetal, this one is much smaller than on the picture. Big enough, though.

Elfi, des homos, j'en ai rencontré dans tous les métiers, un apprenti jardinier, un architecte, des diplomates, des restaurateurs (d'ailleurs, quand on le dit, comme cela m'est arrivé récemment, d'un resto qu'il est tenu par des homos, je n'en vois pas l'intérêt, ce qui m'intéresse, c'est ce que je vais manger), des employées de bureau et j'en passe. Pourquoi devrais-je m'intéresser à leur sexualité, puisque je ne m'intéresse pas à celle des hétéros que je rencontre dans les même conditions?

Cergie, j'ai une araignée au plafond, je le sais, et je me coupe les tifs moi-même depuis longtemps, sauf de temps en temps quand l'envie me prend de faire quelque chose de plus correct de ma tête.

Chez Madeleine a dit…

Une araignée sur le plancher se tricotait des bottes
Un limaçon dans son flacon enfilait sa culotte
J'ai vu dans le ciel une mouche à miel,
Pincer sa guitare
Un rat tout confus sonner l'angélus
Au son de la fanfare.

Je ne ferais de de com on a si vite un procès sur le dos surtout si un imbécile qui lit déforme tes propos...
Je suis comme Alain dur pour les coif tifs...lol

Bonne journée A +

alice a dit…

Alors, le coiffeur, moi j'a-do-re! Je vais depuis des années chez une petite dame qui ne parle que si l'on parle (et ne dit jamais de mal de personne), elle fait un massage du tonnerre, il y a toujours de belles revues mais on n'attend pas donc on n'a pas vraiment le temps d'en profiter, son salon est joli et d'une propreté chirurgicale et les fauteuils dans lesquels on s'installe pour le shampoing sont MASSANTS (jamais vu ça ailleurs!). Si j'en avais les moyens, j'y serais plus souvent!

Rien à voir mais as-tu lu "Purge" de la finlandaise Sofi Oksanen?

hpy a dit…

Alice, je n'ai pas lu Purge, j'ai juste vu sur un blog qu'il avait eu un prix. Je crois comprendre que c'est un livre plutôt dur.
Mais je viens de lire le dernier de Mankell, et comme d'habitude il m'a fait cogiter. (Merci Cergie de m'avoir dit qu'il était sorti en français. L'homme inquiet.)

✿ ♥ France ✿ ✿ a dit…

KIKOU je sors et je repasse te voir bisou

✿ ♥ France ✿ ✿ a dit…

Garde la donc chez toi
Moi je ne la desire pas chez moi. J'ai assez avec mes soucis donc pas un autre non merci.
Pour le coiffeur je n'y vais plus et je fais ainsi. Car moi rester des heures pour écouter toutes ces c..........
non merci. Donc mes cheveux se reposent et moi aussi
BISOu

Sirokko a dit…

On tisse toutes sortes de toiles dans ces salons... non, je n'y vais pas, il y a assez de toiles d'araignée chez moi.

hpy a dit…

France et Sirokko, un amie l'a dit que les araignées ne se plaisent que dans les bonnes maisons. Comme j'y crois, je suis contente d'en avoir beaucoup!

♫ Flo ♪ a dit…

l'ariagnée elle est trop belle

hpy a dit…

Flo, tu ne la trouve pas trop énorme?

Lara a dit…

a little bit too big for me :)). I admire its perfect structure, thou

hpy a dit…

Lara, the spider is much smaller in reality. It just looks big. Like problems.

korianteri a dit…

J'ai coupé mes cheveux moi-même pendant 15 ans environ, parce que c'est moins chère et parce que j'avais horreur de la coiffeuse precèdente, qui était vraiment trop curieuse et trop bavarde.

Mais justement cet automne j'ai venu à bout des idées pour me remettre et j'ai allé dans un petit salon de coiffure. Et c'était une experience super! Je me suis sentie soigné, la coiffeuse a travaillé sans trop parler et j'ai lu un tas de magazines, on m'a offri du café et j'ai joui de l'atmosphère.

Quand aux homosexuels (ces deux coiffeuses certainement n'avait pas l'air de l'être), j'en ai rencontrés de plaisants et déplaisants et je juge les gens comme personnes, pas par leur sexualité. Pour clarité, j'aimerais avoir un tag sur moi qui disait "Je suis hétérosexuelle' parce que je sens souvent qu'on croit que je suis homosexuelle. C'est peut-être surprenant comment c'est deplaisant d'être prise comme quelque chose qu'on n'est pas.

Simpukka a dit…

Mekin asumme hämähäkkien kanssa täällä sulassa sovussa. Joku niistä on halunnut jopa tulla koristeeksi liian yksinkertaiseen kampaukseeni. Olen opetellut leikkaamaan omat ja mieheni hiukset. Täkäläiset kampaajat eivät ymmärrä meikäläisen haituvista mitään, toisin kuin taitava kampaajani Suomessa. Hänen käsittelystään voin lähteä pystypäin ja 10 vuotta nuortuneena.

hpy a dit…

Korianteri, on est souvent pris(e) pour ce que l'on n'est pas, même pour autre chose que la sexualité.

Simpukka, joo, meilla on erilaiset hiukset. Vaikkei aina. Minulla on vauvan tukka, niin ohuet ettei kukaan ymmarra niista yhtaan mitaan. En edes mina.

alice a dit…

Oui, un livre dur. Mais tu trouves souvent les livres "de là haut" gais, toi?
Même pas peur des araignées! Je les prends par une patte et je les remets dehors... pôv tit bêt'

hpy a dit…

Alice, je n'en lis pas beaucoup, des livres de là haut, je crois, sauf quand je tombe sur un auteur qui me plait. D'ailleurs, il faudrait que je me trouve un nouvel auteur un de ces jours. De là haut, ou d'ailleurs. Tu peux m'en conseiller? (Je viens d'attaquer un Grisham, j'aime assez mais après avoir fini le dernier Mankell, c'est comme s'il lui manquait quelque chose - bon, je n'ai même pas fini le premier chapitre encore.)
Quant à la dureté, il doit bien y avoir une explication, une raison, autre que l'hiver qui est si long, si noir.

Liisa a dit…

Mukava lukea, että on toisiakin, jotka eivät nauti kampaajalla käynneistä. Sattumoisin minun on mentävä kampaajalle juuri huomenna heti aamusta. Tilattu aika. :)

Suosittelen Sofi Oksasen Puhdistuksen lukemista. Se oli kirja, jota ei ollut malttaa laskea kädestään kesken lukemisen.

hpy a dit…

Liisa, taytyypa kavaista taas kirjakaupassa.

alice a dit…

Peut-être connais-tu Wallace Steigner? Sinon, je te recommande sa Bonne grosse montagne en sucre et aussi Angle d'équilibre, gros pavés délicieux que j'ai offerts...pff, plein de fois.

Mick a dit…

Well, which salon does this fellow go to have his hairy countenance trimmed?

delphinium a dit…

bonsoir, pas le temps de lire tous les commentaires. En tous les cas, l'histoire n'est pas tirée par les cheveux. :-)

hpy a dit…

Alice, comme il faut que j'aille m'acheter Purge, je regarderai aussi Wallace Steigner que je ne connais pas.

Mick, I really don't know!

Delphinium, salut!

Trotter a dit…

Parfait!! Salut!!

namaki a dit…

Tu as raison HPY, en fait ce qui compte c'est bien d'apprendre à connaître l'autre, qu'il soit gay ou immigré ...

Solange a dit…

Ton araigée me donne des frissons. C'est toujours déplaisant les personnes qui jugent d'autres personnes sur leur métier, leur origine ou tout autres raisons.

hpy a dit…

Trotter, salut!

Solange, nous jugeons pourtant très souvent sans savoir.

beatrice De a dit…

J'approuve et je signe.

Catherine a dit…

Bon alors, écoute. J'ai suivi le fil, j'ai déroulé la toile et me voilà arrivée à deux pattes de l'araignée !
Je la craignais un peu......mais en fait c'est toi qui mords ! Et j'adore tes coups de gueule, car il se trouve qu'ils attaquent les mêmes (pré)jugés que moi. La démagogie, le politiquement correct, y'en a marre. Parce que quand on est con, on est con quelque soit sa corporation et ses appartenances.

Mon coiffeur est gay et nous discutons beaucoup, et rigolons ensemble puisqu'il est gai aussi.

Bon, je te laisse avec ton araignée, et les histoires de "merlans".

Je passais ce soir par hasard, je cherchais l'araignée....Qu'est ce que j'ai loupé comme posts ! Mais qu'est ce que je fous ? Je dois trop m'occuper de mes gosses, moi.... A demain

hpy a dit…

Catherine, tu as raison de t'occuper de tes gosses! Ils sont bien plus importants que mon blog.

Catherine a dit…

Oui mais des fois moins drôles !