lundi 23 mars 2009

La femme du boulanger

Chacun sait que le boulanger fait de longues journées la nuit, mais avez-vous pensé à ce que fait la femme du boulanger?

Souvent débout derrière le comptoir tôt le matin et tard le soir, dimanche et fêtes y compris, la femme du boulanger n'a pas le droit de montrer sa fatigue et se doit d'être toujours aimable avec la clientèle, même quand celle-ci se montre désagréable.

Le boulanger peut hurler dans la nuit. Personne ne l'entendra. Sauf peut-être sa femme.

26 commentaires:

Cergie a dit…

Et il a pris quoi comme gâteau le mari de la bloggueuse ?
J'ai fait pour hier midi comme j'ai dit chez Claude une tarte (pâte maison au beurre salé) aux pommes avec de la migaine, à l'alsacienne. Meilleure que celle de boulanger sans me vanter.
(Sinon on prend en général des éclairs de boulanger, rien à voir avec l'éclair de Brest non plus celui de Zeus)
Ca fait un moment que j'ai pas vu la deuxième femme de notre boulanger, assez gironde, mais elle a minci. C'est vrai qu'il y a longtemps aussi que je ne l'ai pas entendu siffler le boulanger...

Pernelle a dit…

Une pensée donc pour ces métiers difficiles. La vie de la femme du poissonnier ne doit pas être plus facile.

Olivier a dit…

moi, ce que j'aime chez les vrais boulangers, c'est l'odeur du pains qui vient d'être fait....Hummmmm.
"Des croissants chauds
Chaque matin de nos vacances
Chez grand-maman, au bord de l'eau
C'était là toute mon enfance
Mon oncle se levait très tôt
Courait à la boulangerie
J'ai cru comprendre à demi-mots
Que la boulangère est jolie
C'était le temps où l'on jouait
Encore aux billes
C'était seul'ment pour s'en moquer
Que parfois l'on parlait des filles
Et quand j'achetais des mistrals
Et des caramels à un franc
C'est vrai qu'je m'en fichais pas mal
Que la boulangère ait vingt ans
Et je mangeais sans me douter
Qu'un jour ce pain contre mes lèvres
Me ferait l'effet d'un baiser
Et qu'il me brûlerait de fièvre
Et puis il s'est mis à pleuvoir
On est retourné à Paris
Et j'oubliais dans mes devoirs
Que la boulangère est jolie
Avec le temps
Mon oncle a pris de la bouteille
Le pain frais et les croissants chauds
Ont fait place à ceux de la veille
Et j'ai le c?ur adolescent
Et je pense avec nostalgie
Aux matins d'autrefois chantant
Que la boulangère est jolie
C'était l'temps des copains
Du foot et de la musique
On courait après un ballon
Après des amours platoniques
A cet âge on a toujours faim
Et c'est d'vant la boulangerie
Qu'un grand m'a dit un beau matin
Que la boulangère est jolie
On a partagé un croissant
Chacun a pris sa part de rêve
Mais dans la mienne sous la dent
Il y avait comme une fève
Et puis il s'est mis à pleuvoir
On est retourné à Paris
Mais dans un coin de ma mémoire
La boulangère était jolie
C'est moi qui vais chercher le pain
La femme est belle
Un petit signe de la main
Elle se retourne et derrière elle
Sa fille met mon c?ur en feu
Elle est la même rajeunie
Et je la dévore des yeux
Que la boulangère est jolie
Et je reçois comme un baiser
Ce pain que je porte à ma bouche
Ce pain que sa main a pesé
C'est un peu d'elle que je touche
Je l'attendais comme un cadeau
Que le ciel m'aurait promis
Son corps est comme un croissant chaud
Que ma boulangère est jolie"
G.Chelon

Delphinium a dit…

c'est fou ça. J'ai des collègues aujourd'hui, j'ai envie de leur foutre des pains.

Nazzareno a dit…

il semble presque un échange d'objets : un cadeau à surprise en èchange du pain.

claude a dit…

Tout commerçant doit être aimable avec la clientèle, même quand tout va mal.
Quant à la femme du boulanger, je ne la vois plus because que je fais mon pain moi même. Des miches au carré et des baguettines.

SusuPetal a dit…

Hyvä kuva.

Joskus on kyllä raskasta hymyillä koko päivä, eikä yön ulvomisestakaan ole välttämättä apua.

Thérèse a dit…

Bonnes résolutions alimentaires annuelle chez nous dont le pain ne fait pas toujours partie. Qu'y a t'il donc dans le p'tit paquet?

namaki a dit…

la femme du boulanger... j'avais un oncle boulanger dans la campagne vendéenne et sa femme en plus de la boutique faisait la tournée des fermes avec sa 2 CV ... quel boulot !

Hogrelius a dit…

Jag vill också ha en fin limpa!!!

Maurelita a dit…

Et moi je pensais tout de suite au film du même nom...

hpy a dit…

Cergie, un chouchou, ou deux glands.

Pernelle, on a souvent tendance à oublier les difficultés des métiers que l'on ne fait pas soi-même.

Olivier, ça sent délicieusement bon.

Delphinium, foutre des pains? Des petits pains au chocolat, ou des grosses boules de campagne?

Nazzareno, c'est un échange, un contact, quand on va chez les petits commerçants.

Claude, ton chéri est donc le mari de la boulangère.

SusuPetal, toisen ulvominen ei ainakaan auta. Kuva kuuluu sarjaan Men at work, toivottavasti saan lisaa, mutta tyon kuvaaminen on aika vaikeata.

Therese, si on manque de pain à la maison, on est mal.

Namaki, quel boulot, oui. Les journées sont longues pour certains.

Bosse, var så god!

Maurelita, quelle culture!

Kutuharju a dit…

Monesti jossainpäin Espanjassa matkatessa on huomattu juuri tuo: samat(!) ihmiset tiskin takana aamuvarhain ja iltamyöhään. Vaikka olisi oma yritys ja vaikka pitää siinä iltapäivällä parin tunnin siestan, silti -- tuntuu jotenkin kohtuuttomalta. Eikö ihmiset voisi hakea niitä leipiään tiettynä ajankohtana ja päästää myyjät edes illaksi perheensä pariin... (yleensä se perhe on kyllä siellä leipomossa jo mukana..)

Miss_Yves a dit…

Je pense non seulement au célèbre film avec Raimu, mais au sketch de Fernand Rayneau se terminant par:
"Et depuis c'jour_là, on n'a plus jamais mangé d'pain ...
Il était boulanger!"

Miss_Yves a dit…

Raynaud ?

Isopeikko a dit…

Patonki on paljon paksumpi mihin täällä on totuttu.

Catherine a dit…

Le boulanger a le droit, la nuit, d'engueuler sa pomponette ! La boulangère pendant ce temps fait celle qui n'entend pas. Elle doooort ! Elle récupère. Elle essaie d'oublier les clients difficiles.

Dis donc, ça marchande dure sur le prix des gateaux à Bolbec ! La transaction a l'air de lui causer du souci à ta boulangère. On compte les sous sur le comptoir.
Un chou, c'est un chou.

M'man a dit…

Désolée madame la boulangère... J'ai acheté une machine à pain la semaine dernière...

ALAIN a dit…

Les femmes des boulangers, c'est comme celles des chefs de gare, elles n'ont pas toujours très bonne réputation, mais tout ça, c'est des ragots.

lyliane a dit…

DD n'aurait il pas pris de la "brioche"?
J'espère que c'est du bon pain aux algues.

claude a dit…

Ah, comme ça s'est DD. Je ne l'avais pas reconnu mais suis retournée le voir la pelle à la main. Il a l'air de défendre son bout de gras avec la femme du boulanger. Concernant le brioche dont parle Lyliane, il devrait peut être arrêter les petits gateaux.Mais pas les temps qui courent les petits plaisirs sont les bienvenus. Mon Chéri en a une aussi mais la sienne est placée au dessus de la ceinture. Tout le monde ne porte pas brioche de la même façon.

Liisa a dit…

Saako siellä lainkaan ruisleipää? Valloittava kuva!

Deslilas a dit…

La pomponnette est revenue !

hpy a dit…

Kutuharju, elama on taalla toisenlaista kuin Suomessa. Pitkat paivat eivat ole mikaan harvinaisuus.

MissYves, disons Fernand pour simplifier.

Isopeikko, tama on tupla-annos, ei nimeltaan "baguette" vaan "pain". Muuten samanlainen yksinkertainen valkoinen, eli vaalea leipa.

Catherine, en pays de Caux un chou est un chou, c'est bien connu.

M'man, et tu en es contente?

Alain, et tout le monde aime bien les ragots.

Lyliane, que du simple pain sans rajout. Pour la brioche il n'y a pas que DD :-(

Claude, vive les petits plaisirs! Même si ça finit en brioche.

Liisa, takalainen ruisleipa on aika vaalea, eika silla ole mitaan tekemista suomalaisen ruisleivan kanssa. Valitettavasti. Saisikin kunnon ruisleipaa edes pari kertaa vuodessa!!!

Bergson a dit…

Un couple de boulangers ne se voit pas souvent et dès qu'il arrête la boulange ils se voit de trop ils divorcent !!

Maxime a dit…

Oui, et avec tous ces gens qui laissent la porte ouverte, c'est un coup à attraper la mort dans les courants d'air !