mardi 29 janvier 2013

Le Havre

Quand on se rend au Havre aujourd'hui, et qu'on voit les transformations qui ont encore aujourd'hui lieu dans la ville, on peut avoir l'impression d'être dans une ville relativement récente. Il est vrai que la ville fut en grande partie détruite pendant la guerre, et pourtant, des traces d'une histoire beaucoup plus ancienne y subsistent.

Le Havre de Grâce fut fondé sous le règne de François I, en l'an 1517, à l'estuaire de la Seine. C'est sans doute cet emplacement qui lui donna son nom, car il parait que le mot havre vient d'un vieux mot celtique ou gaulois, aber, qui signifierait embouchure d'un fleuve dans la mer. Havre est ensuite devenu un mot de vieux français pour port de mer.

Il y a aussi ceux qui prétendent que le mot havre vient des langues septentrionales, et apportent comme argument le Hafen allemand, et le havn danois, auxquels je pourrais pour ma part ajouter le hamn suédois.

François I aurait bien voulu que Le Havre s'appelle François(e)ville, mais les habitants ne s'y habituèrent jamais. On y trouve malgré tout le quartier Saint François, un des plus anciens de la ville avec celui de Notre-Dame, chacun de son coté du Bassin du Roi. Un bon compromis, qui n'a pourtant rien à voir avec le nom du roi, car à son époque, le quartier s'appelait Bares, ou Barres.

Le quartier tient son nom d'une église dédiée à Saint François de Paule d'abord, Saint François d'Assises ensuite.

La région du Havre était bien sûr habité bien avant 1517, mais c'est pour arrêter les hordes d'ennemis anglais que François I décida de transférer la ville deux lieues plus bas vers l'embouchure,  de la fortifier et d'en faire un port important. 

Un gentilhomme italien, Girolamo Bellarmato, fut chargé de l'urbanisme.

Plus tard, beaucoup plus tard même, les havrais comprirent l'avantage qu'ils pouvaient tirer de la visite de leur ennemi héréditaire, les anglois, et fondèrent même des magasins de spiritueux spécialement conçus pour les visiteurs venus d'outre Manche. C'était au siècle dernier.



11 commentaires:

Olivier a dit…

en 2012, j'ai fait un deplacement pro au Havre, je ne connaissais pas et j'ai ete surpris de voir une tres ville moderne

orvokki a dit…

Kaupunki näyttää modernilta, mutta tuolla on varmasti myös ihana "vanha kaupunki". Jotain on täytynyt jäädä sodan jaloista.
On hauska katsoa kaupunkikuvia, joissa ei ole yhtään lunta.

claude a dit…

On a du faire que d'y passer au Havre, en se perdant d'ailleurs en repartant de Fécamp. Je peux te dire que ce n'était pas un '"Havre" de paix !
Même Tom Tom ne savait plus où il était.
En fait, je ne connais pas très beaucoup cette ville.
Merci pour l'historique.

Daniel a dit…

Tu nous fais découvrir plein de choses sur le Havre.
Bonne journée A + :))

ELFI a dit…

nous avons passés à coté..direction..honfleur...

ALAIN a dit…

La grâce a été abandonnée en chemin, sans doute à la révolution Française.

Miss_Yves a dit…

Tes photos ont un petit air ancien...
Avant/ Après, mais selon un autreangle de vue?
Comme tu le sais,nous sommes fan du Havre

hpy a dit…

Olivier, il y a encore un peu d'ancien aussi.

Orvokki, kaupunki tuhoutui suurilta osin, lutta kylla sielta loytyy jotain vanhaa myos.

Claude, c'était sans doute à cause des travaux du tramway.

Daniel, merci, à toi aussi.

Elfi, il y a pourtant des choses à voir au Havre, dont le Musée Malraux.

Alain, comme ailleurs.

Missive, les photos datent de samedi. J'avais le texte, mais pas les photos, alors on est allés faire un tour. Ensuite je les ai trafiquées un peu. Cela m'amuse - comme d'écrire aussi. Et de faire des recherches, car je suis assez nulle en histoire locale. Mais j'apprends... et je vous embêterai encore avec ce que j'apprends.

Solange a dit…

C'est intéressant à savoir merci.

Peter Olson a dit…

Tu fais comme moi... à expliquer l'histoire des lieux... et bien sur que j'apprécie! :-)

namaki a dit…

Je serai moins ignorante aujourd'hui, merci pour toutes ces infos très intéressantes... j'adore les histoires de noms ....