vendredi 11 février 2011

Pour Mickey et les autres

Il y a un certain nombre d'années, lors d'une réunion ouverte au public, j'avais demandé au maire s'il était contre le travail. A l'époque on parlait de changements dans le POS (Plan d'Occupation des Sols), et les gens du port du commerce s'inquiétaient de voir leur territoire diminuer au détriment de projets que la ville avait, et qui n'ont pas abouti à grand chose depuis.

Ce jour-là le maire m'a assurée qu'il n'en était rien. M'a-t-il rassurée, c'est une autre question.

En même temps j'ai vu la Chambre de Commerce privilégier le tourisme, le port à sec pour les petits bateaux.

Depuis ce temps, le nombre d'habitants de la ville est passé sous la barre des 20 000, privant la ville de certaines subventions dont le maire aurait bien besoin, si j'en crois les journaux. Pourquoi l'exode? Je suppose que les gens ont suivi leur travail...

J'ai vu mon pneumologue (marchand de pneus) se séparer de son ouvrier, faute de travail, avant de fermer boutique.

Selon un de mes informateurs, le supermarché installé dans le nouveau blockhaus voulu par la ville est aujourd'hui sur le point de fermer - à moins que ce ne soit déjà fait - ou tout au moins en train de passer la main à quelqu'un d'autre. Une grande partie des locaux prévus pour des petits commerces restent vides depuis le début.

J'ai vu des gens quitter leur travail sur le port, j'ai vu des clients partir.

Le port à sec a enfin l'air d'avancer. Des problèmes de transfert de personnel d'une Convention Collective à une autre, et aussi, si j'en crois les journaux, une incompatibilité d'humeur entre les uns et les autres, l'ont beaucoup retardé. L'engin prévu pour déplacer les petits bateaux aurait aussi présenté un problème d'empattement des fourches...

L'autre jour j'ai vu les trois premiers petits bateaux dans les racs, dont un qui présentait le logo de la Chambre de Commerce. Etait-il là en tant qu'appât?

Aujourd'hui c'est le dernier jour de travail de Mickey. J'espère qu'il trouvera du travail dans les environs, mais j'en doute, car comme me l'a dit quelqu'un de retour dans la région depuis peu, et lui-même à la recherche d'un emploi dans la manutention : "ce n'est pas la peine de chercher par ici, il faut aller au moins sur Le Havre, Lillebonne ou Notre Dame de Gravenchon".

Jean-Paul travaille jusque la fin de mois. Après c'est fini pour lui aussi. Comme pour d'autres avant lui. Des emplois générés directement ou indirectement par le port de commerce.

Moi-même, je reçois régulièrement des coups de téléphone de gens à la recherche d'un emploi.

Je n'ai rien contre l'emploi par le tourisme, ni contre l'amélioration du cadre de vie, mais j'ai comme l'impression qu'on a oublié ceux qui travaillaient déjà, et qui ont vu leur espace de travail se réduire comme peau de chagrin.

A qui la faute? Je n'en sais rien, mais si nous apprenions à travailler main dans la main, au lieu de nous disperser, chacun pour son propre projet, son bébé, refusant de voir les problèmes les uns des autres, n'aurions-nous pas plus de chance de préserver le travail, et d'en créer en même temps.

Les gens ont besoin de travail, pas d'aides. Les aides vous permettent de rester au bout de la table avec une bouteille de rouge - ou de jaune - à proximité, et cela ne vous aide pas à vivre, juste à mourir.

***

Non, je ne brigue pas un mandat aux prochaines élections, c'est juste qu'avec ma silhouette de Sancho Pancha j'agis parfois comme Don Quijote. Si seulement j'étais un poor lonesome cowboy à la place...

18 commentaires:

jean-marc a dit…

Et à la construction de Paul Emploi, ils n'embauchent pas?

Daniel a dit…

Il y a tout de même une touche progrès, si, si, il y a des ventilateurs sur la colline pour relancer la marine à voile...
Bon weekend A +

ALAIN a dit…

Les ports à sec, c'est bien pour les petits bateaux à moteurs qui ne sortent pas souvent, mais pour les voiliers c'est impossible, et pour les gens du pays qui sortent presque tous les jours, c'est franchement pas commode. Le sud se peuple, le nord se dépeuple, quitte à être chomeur, autant profiter du soleil.

claude a dit…

Tu dis vrai Hélène ! Mais rassure toi, il paraît que si le chômage a augmenté alors qu'il devait baisser, il a fait du yoyo, et là, il paraît qu'il est sur la bonne voie, a dit une voix hier à la téloche. Tu aurais du être une des 9 questionneurs, tu aurais peut-être eu les réponses aux questions que tu te poses. D'après ce que j'ai vu hier, ce n'est pas sûr.
C'est triste pour Mickey et les autres.
Quant à Pôle emploi, il sont plus forts pour trouver qqu'un pour un employeur qui veut changer de secrétaire que pour retrouver du boulot à la secrétaire qui a été virée pour laisser la place à Pôlette !
Le monde du travail n'est plus ce qu'il était.
Sancho Pancha à mal, la France a le don qui chiotte, celui de nous y foutre bien dedans.

Cergie a dit…

Qd nous avons commencé ds la vie active il existait la prime de mobilité (je ne me souviens plus du nom) et nous en avons profité pour aller à Lilles puis nous sommes arrivés en Région Parisienne sans prime. Je conçois qu'à partir d'un ceertain moment il soit difficile de bouger lorsqu'on a ses attaches à un endroit. Ce qui n'est pas le cas de mon plus jeune fiston toujours en CDD.
Les maires d'hab favorisent la création d'emplois avec des éxonérations de charges au départ qui attirent des chasseurs de prime qui ne restent pas au delà

Bergson a dit…

beaucoup de personnes trouvent qu'on va dans le mur.
ça me rend beaucoup d'espoir

delphinium a dit…

Mais voyons, le petit Nicolas a dit hier à la télévision que tout allait bien dans le meilleur des mondes!

Delphinium a dit…

mais il est sûr que si on va dans le mur, je sors mon casque de chantier jaune.

hpy a dit…

Les statistiques sont peut-être bonnes mais elles ne remplacent pas le travail pour ceux qui n'en ont plus.

Il y a beaucoup de choses qui se passent aujourd'hui exactement comme en 2008, juste avant la "crise". Les prix des matières premières flambent, le carburant est au même niveau, on a de nouveau distribué des primes "substantielles" aux "banquiers".
Les marchandises ne bougent pas (dans mon métier je suis bien placée pour m'en rendre compte).

Mon casque n'est pas jaune, il est blanc, et il a déjà servi, car c'est de la récup'.

Je devrais sans doute le glisser sur ma tête, car si certaines personnes lisent mon texte je vais encore avoir des ennuis. Et pourtant je ne dis que la vérité, sans accuser personne. D'ailleurs, je ne sais pas qui accuser, car rien n'est simple, et tout dépend de tout le reste.

Le problème, c'est de voir des gens en avoir gros sur la patate - ce n'est pas la même chose que les statistiques.

Delphinium a dit…

eh oui les gens en ont gros sur la patate, c'est parce qu'ils n'ont pas la frite

Sciarada a dit…

There were people like you Helene, who can promote the idea of a common plan that can give dignity to work at all!

namaki a dit…

j'entends bien ton cri de désespoir HPY... que la vie devient difficile dans ce pays !

namaki a dit…

Ah j'oubliais : Mickey a une bien bonne tête et un joli sourire ! Je lui souhaite de tout coeur de pouvoir le garder !

Sciarada a dit…

Ciao Hélène, my English must be horrifying and incomprehensible to ask me to comment in Italian! Sorry!!!

Buon fine settimana!

Mick a dit…

... and the depression continues to spread and deepen.

isopeikko a dit…

Veneet kurkkivat salaa laiturin reunan takaa :)

Solange a dit…

Je suis un peu éloigné de ce qui se passe chez vous, mais ici aussi les petits villages se dépeuple.

Sirokko a dit…

Que des problèmes partout..