samedi 19 février 2011

Une victoire à la Pyyrrhus

Mercredi dernier, en commission des finances du Sénat, il a été décidé que l'écoredevance serait reporté au début 2013, contre 2012 précédemment prévu.

Je peux donc dire que j'ai gagné une bataille contre cette nouvelle taxe (et qui sait, j'y suis peut-être pour quelque chose, pour aussi peu probable que cela puisse paraître).

Mais la guerre n'est pas finie pour autant, bien que je sache d'avance que je me bats comme David contre Goliath, ou comme mon héros Don Quijote contre les éoliennes de son époque, et que mon adversaire a des moyens plus importants que moi - car je suis toute seule contre une myriade de fonctionnaires.

Que je le précise encore une fois, je n'ai absolument rien contre un transfert sur des modes de transport autre que la route, je suis même pour ce transfert dans les cas où c'est possible, car cela ferait moins de circulation sur nos routes qui sont de plus en plus encombrées par toutes sortes de véhicules.

Mais si on regarde les chiffres pour seule l'Ile de France, on peut constater que les distances moyennes parcourues par les échanges de trafics sont très courtes.

En novembre 2010, les combustibles voyageaient sur une distance moyenne de 22 km, les produits agricoles sur 159 km, et les produits métallurgiques sur 192 km. Ces chiffres incluent les modes route, fer et fluvial, et on peut facilement supposer que les distances les plus courtes sont faites par la route, ce qui réduit bien entendu la distance moyenne pour ce mode de transport.

Alors croire qu'en mettant une taxe supplémentaire sur le transport routier on arrivera à faire un transfert massif sur les autres modes, on se met un doigt dans l'œil.

Ce qui risque d'arriver, c'est un transfert massif sur les petites routes non taxées, car de nombreux transporteurs essayeront d'éviter les routes payantes, comme certains essayent déjà d'éviter les autoroutes payantes. Que ceci soit une bonne solution, je n'en suis pas convaincue!

En outre, tous les ans un plus grand nombre de routes sont interdites aux camions, de façon qu'on ne puisse même pas livrer certains destinataires en toute légalité.

Dans la région de Fécamp, il y avait un hypermarché, accessible par la route d'un coté, mais pas de l'autre. Depuis qu'un hypermarché d'une autre chaîne s'est installé à proximité, le panneau interdiction >3.5t a été déplacée de telle façon que les livraisons du premier supermarché se trouvent interdites.

Au moins un transporteur aurait demandé à qui de droit comment faire pour y accéder, mais sans avoir eu de réponse. Ses camions y vont quand-même, bravant les interdictions, car ils sont obligés de respecter leurs contrats. *)

Et les gens sont bien contents de pouvoir faire leurs courses dans un magasin où les rayons ne sont pas vides, car tous n'ont pas déserté le premier pour le second.

***

*) Je précise encore que je ne suis pas personnellement concernée par ce problème. L'hypermarché en question n'est pas client chez nous, nous ne sommes pas clients de cet hypermarché... Je devrais donc m'en moquer, mais je ne peux pas, car ce n'est pas un exemple isolé. C'est devenu quelque chose de courant. De très courant même.

9 commentaires:

ELFI a dit…

une femme de fer! bravo!
nous aussi ,nous prenons les chemins de campagne ..avec notre toute petite caravane..pas pour ne pas payer la taxe autoroutière , mais pour voir les paysages, les hameaux, les petites villes, les petits commerces..

hpy a dit…

Elfi, moi aussi, dès que je peux, je prends les petites routes, pour me promener, et regarder la vie autour de moi.

namaki a dit…

Et bien que de législation ... c'est bien français tout ça ! et bien entendu il faut savoir contourner la loi ... encore un sport national !
Pour faire une analyse de ton texte, HPY qui manipule la langue française comme peu d'entre nous avec les subjonctifs et tout et tout ... tu as fait une petite faute d'orthographe pleine de sens cependant: tu as écrit "je me bâts" oui tu te bats et tu porte ton bât comme beaucoup d'entre nous dans un monde qui ne tourne plus rond en privilégiant les bénéfices à l'humain !Merci pour tes posts toujours intéressants. Je suis heureuse d'avoir découvert ton blog !

Mick a dit…

Once the people realize that the socialists mean to limit your ability to move about freely, you may want to fight even harder. Consider the added benefit (to the socialist power elite) of controlling the food supply, well, good things are not likely to occur for some in the future. Fight them now while you have the chance!

isopeikko a dit…

Sumuinen maisema näyttää kylmältä vaikkei pakkasta taida ollakaan.

Simo a dit…

JE PASSE TE SOUHAITER UN BON WEEKEND,BONNE NUIT.

hpy a dit…

Namaki, merci je rectifie!

beatrice De a dit…

David va certainement battre Goliath avec une fronde bien placée entre les deux yeux. Il faudrait beaucoup de David.
Les fonctionnaires font les lois dans leurs bureaux pour justifier leurs existences. Ils sont en dehors des réalités journalières. Pourquoi faut-il toujours se battre pour des choses qui devraient aller de soi.

Roger Gauthier a dit…

Je pense que vos fonctionnaires sont encore plus fous que les nôtres, ce qui n'est pas peu dire. Je suis assez éloigné de Montréal, et là où je demeure, les règlements sont parfois appliqués sans trop de rigueur... Comme me disait un policier que je connais : le soir quand je reviens chez nous, tout le monde me connaît, il faut que ce soit vivable... Les policiers ici seraient les premiers à rigoler d'une situation semblable.

Pour le reste, je ne peux pas me prononcer. Ici, le système ferroviaire a été tellement négligé que tout circule par la route sauf les matières premières, même sur d'énormes distances.