mardi 19 juin 2007

Tokebobyrnas simtur

Det hander mig da jag ser ett linfalt blomma att tanka pa den gamla finska folksagan om Tokebybornas simtur.

En varm sommardag gick sju fruntimmer fran Tokeby ut pa en liten promenad. Da de fick syn pa ett falt fullt med blablommande lin beslot de sig for att ta ett svalkande dopp.

Efter att ha simmat en stund bland de bla blommorna klev de tillbaka upp pa vagen och tyckte da det var bast att rakna efter om alla var kvar eller om nagon hade drunknat.

Fastan alla sju raknade pa sitt hall blev resultatet alltid sex. En av kvinnorna som var lite fiffigare an de andra sade da, ja, vi har sakert glomt att rakna oss sjalva.

Och sa raknade alla pa nytt: jag - ett - tva - tre - fyra - fem - sex. Hu sa hemskt, en av oss har drunknat!

En man fran en grannby kom gaende forbi, och gav kvinnorna ett gott rad. Stick alla ner nasan i gyttjan dar bredvid och rakna halen.

Och det gjorde det. Resultatet blev naturligtis sju, och kvinnorna gick glada hem till Tokeby och berattade for alla som ville hora pa om mannen fran grannbyn som raddat en av dem fran en forfarlig drunkningsolycka.

21 commentaires:

hpy a dit…

Un ancien conte populaire finnois nous raconte les aventures de sept femmes originaires du Village des Simplets parties se promener par un beau jour d'été. Les femmes arrivent devant un champs de lin en fleurs, et décident de se rafraîchir par un bain. Ayant nagé un bon moment, elles remontent sur la route et se comptent pour vérifier qu'aucune ne se soit noyée. Hélas, elles arrivent toujours à six. Misère, une de nous s'est noyée, s'écrient-elles. Une, un peu plus futée que les autres, dit. Ah, je sais. Chacune de nous a oublié de se compter. Et les voilà qui recommencent. Moi - un - deux - trois - quatre - cinq et six, une de nous s'est noyée!
Passe un homme d'un village voisin qui entend les femmes se lamenter. J'ai la solution, leur dit-il. Que chacune de vous trempe le nez dans la boue, et ensuite vous comptez les trous. La chose faite les femmes très contentes rentrent au village pour raconter à qui veut entendre, comment l'homme du village voisin a sauvé l'une d'elles d'une horrible noyade.

Ei kai minun tarvitse suomentaa vanhaa suomalaista tarinaa Holmolaisten uintretkesta?

I hope there is somebody ready to translate the old Finnish folktale about the seven women who went swimming in the flax! Please!

Cergie a dit…

Quelle belle histoire ! en général on retrouve la même histoire racontée différemment dans chaque culture mais celel là sur la simple logique, je ne l'avais jamais entendue !

Samedi nous sommes allés à 50KMS de Cergy et déjà on était en Normandie, on a vu un champ de lin
Patrick quia l'oeil et regarde partout en conduisant à dit du moins "du lin" et j'ai remarqué le champ
J'ai pensé qu'il faudrait que je revienne qd les fleurs seraient ouvertes. Les tiennes commencent à l'être. C'est beau un champ de lin...

Peter a dit…

This is really a wonderful story, well combined with your illustration; clearly worth to be translated!! Maybe during your lunch hour?

Etappisika a dit…

Ligger Tokeby nära Bemböle? Har lärt mig att Bemböle = Hölmölä på finska.

En vacker och spännande historia, med en happy end.

marja a dit…

Celà donne une envie d'aller se baigner, jiihaa ! ;)

Un joli champ de bleu pâle :)

Hogrelius a dit…

Jag skulle vilja besöka Tokeby,ge mig ett tips var det ligger och jag åker dit!Måhända jag också kan ta mig ett bad?

Liisa a dit…

Kuva on kaunis! Asut paratiisimaisemissa.

Hauska tapa palauttaa mieleen tuo hölmöläistarina. Matti taisi olla neuvonantaja nimeltään. :)

SusuPetal a dit…

Ratkaisukeskeisyys auttaa usein, varsinkin Hölmöläisten ollessa kyseessä. Joskus jopa Hölmöläisten ratkaisut, jotka ennakkoluulottomuudessaan ovat välillä aika huikeita!

alice a dit…

Rassure-moi: ce sont les hommes qui racontent cette histoire? ;-) J'adore ce bleu doux du lin, ainsi que le tissu d'ailleurs et ses tons subtils.

lyliane a dit…

Très beau conte, c'étaient mes lectures préférées dans ma jeunesse, je savais encore rêver...L'année dernière, derrière chez moi, il y avait un champ de lin accolé à un champ de colza, c'était magnifique, j'en ai pris une photo, mais cela ne donne pas grand chose, j'aurai dû la prendre d'une hauteur, mais je n'ai pas de promontoire, à part le château d'eau au coin de ma rue, mais il est inaccessible pour moi.!!!

Hannele a dit…

Hölmöläisetkö siellä uivatkin, unohtanut

Delphinium a dit…

"le bonheur est dans le pré"

Maxime a dit…

Amusante, cette histoire. Faute de connaître d'autres contes finnois, elle me ferait plutôt penser au non-sense anglais et à Lewis Caroll.
A mon grand regret de photographe, il n'y a pas de champ de lin dans le coin, peut-être à cause du sol acide. Cette petite fleur est pourtant d'une grande élégance, toute en modestie... Est-pour cela qu'elle aparaît dans l'histoire des simplettes ?

Isopeikko a dit…

:)

Bergson a dit…

Tiens une belle histoire et une belle photo

C'est étonnant dimanche j'ai pris un champ de lin qui avait pris le vent de samedi et il n'y avait aucune fleur.
Sont elles parties avec les 6 ou 7 femmes en Normandie ?

hpy a dit…

Il y a pas mal d'histoires sur les habitants du Village des Simplets, certaines mettent en scene des femmes, d'autres des hommes. Mais j'ai un problème, je ne m'en souviens que très vaguement. Un jour je vous raconterai peut-être celle où ils construisent une maison. Mais d'abord il faut qu'elle me revienne en totalité.

Bembolingar var det. Ar alla Esbobor Bembolingar? Jag tror att den ursprungliga benamningen ar Tokeby.

Peter a dit…

Sorry to see that nobody volunteered for the translation yet! (Shame on hpy, shame on peter... I'm sure that susepetal could make a nice translation!)

hpy a dit…

Peter said shame on hpy, so here it comes:

An old Finnish folktale tells us about the adventure of seven women from the Village of the Fools, going for a walk on a warm summer day.

The women arrive in front of a field with blueblooming flax, and decide to go swimming.

After a moment they get back up on the road and decide to count themselves in order to see that they are still all there and that nobody has drowned.

Unhappily they always arrive to six. One of the women, maybe a little smarter than the other then sais. I know, we all forgot to count with ourselves. So they count once more: I - one - two - three - our - five and six. One of us has drowned!

A man from a neighbour village hears the women cry. I have the solution, he sais. Put your nose in the mud, and count the holes.

Having done that, the women went back to the Village of the Fools and told everybody about the man who had saved one of them from drowning.

Nathalie a dit…

Je ne connaissais pas du tout cette histoire: j'espère que ce ne sont pas toujours des femmes les victimes (héroines) de ces contes ?

Pour la traduction en anglais, je n'ai pas le temps mais une autre fois, demande-le moi à l'avance, je pourrais peut-être te rendre service !

hpy a dit…

Merci Nathalie, c'est très gentil.

Peter a dit…

hpy:
Bravo and thanks for the English translation! Sorry, if it was a bit late, because there may not be som many comments anymore on this post! (Tell people to come back as you did on Nathalie's blog today!)