mercredi 1 septembre 2010

Huileux

Depuis son retour Phalacrocorax avait décidé de continuer ses voyages, tout en restant dans un cadre qui lui avait manqué pendant une longue année, bien qu'il ne voulut l'admettre, ni devant ses admirateurs, ni surtout devant ses détracteurs.

Une de ses premières visites fut donc pour le bassin Bérigny où il se demanda comment des bateaux à voile pouvaient se mirer dans une mer d'huile. A priori ces bateaux-là ne laissaient pas échapper de grosses quantités de produits pétrochimiques.

Rien à voir avec les oléoducs qu'on installait dans toutes les mers du monde en disant qu'il n'y avait aucun danger.

Et puis, si cela pouvait faire d'un cormoran une grosse huile, qui s'en plaindrait?


***

L'Histoire du Cormoran, 62° episode

***

Message automatique.

6 commentaires:

Cergie a dit…

Le problème est que si il est trop gras, il flottera comme un bouchon ou un col vert ; il n'arriveras plus à plonger et alors ce sera comme si on lui avait cousu le bec, pauvre Phapha, comment fera-t-il pour s'alimenter dans des eaux qui ne sont pas pour lui et où la concurrence règne ?

claude a dit…

Pour le momoent aucun inspiration sur cet épisode des avantures de Fafa, mais pour la photo, reflets magnifique dans une mer d'huile.
Je reviendrai.
Mot vérificateur Héron avec un m.

Daniel a dit…

Phalacrocorax, ou une histoire de Cormoran à cor et à cri...
Bon vent...

Lara Neusiedler a dit…

people don't care. and I feel so sad for the millions of animals we, humans, are destroying :(

isopeikko a dit…

Tuon näköinen paikka on kööpenhaminassakin...

Thérèse a dit…

Un bassin huileux n'est certainement pas bon pour sa santé!