dimanche 18 mars 2007

On the way



It's astonishing how distances have become much shorter in a hundred years.
Not long ago travelling demanded preparation, anticipation and time.
You travelled by horse, by train, by boat and generally it took several days.
Now you hardly step into your car or in a plane, and there you are, almost without realizing that you were on your way.
Sometimes I wonder, why is it so important to arrive. Can't we enjoy also the travelling from one place to another. Slow down a little and take a look outside. We'll arrive soon enough.

12 commentaires:

hpy a dit…

Avstanden har blivit mycket kortare pa hundra ar. Idag har vi knappast startat och vill redan vara framme - och vi ar det ocksa, utan att ha upplevt nagot av resans njutning.

A peine partis sommes nous déjà arrivés, sans avoir profité du voyage.

Cergie a dit…

Tu as tout à fait raison
Et je te donnerai deux points pour conforter ce que tu dis
Les voyages en train que j'arrête pas de valoriser car ils donnent l'idée de longueur et de distance ont toutefois le défaut d'être non-stop (sauf le paris pékin, on prend le billet et on fait des haltes en route on prend le train suivant. Remarque on peut toujours faire ça mais on ne le fait pas en général)
1)Quand on va à l'autre bout de la France on aime s'arrêter en route. Il y a tant de jolis coins au milieu par exemple dans le massif central. On aime découvrir ces endroits du milieu
2)J'ai lu la biographie de Georges Sand et bien que la bonne dame de Nohant n'habitait que dans le Berry qui n'est pas si loin de Paris, le voyage entre les deux lieux était à son époque toute une expédition et pleine de dangers avec halte obligée pour le repos des chevaux de chair

Cergie a dit…

Je prendrai bien ce chemin mais pas à pied pour très longtemps : j'aime marcher sur du terrain souple
Bon dimanche HPY. Bon jardinage ? Ici il fait gris...

kootee a dit…

Yhtä hiljaista kuin Jokelan Keskustiellä =D Paljon kauniimpaa vain!

SusuPetal a dit…

I believe travelling is a state of mind, arriving somewhere also.

But really, the world has become smaller. I'm thinking about internet and how we can communicate with people all over the world, it's amazing.
You're on contact with people you surely wouldn't have found 10 years ago.

I think it's fine.

Kutuharju a dit…

I do agree with Susu.
Seems like soon we won't have to travel anywhere at all, because the Web2 brings everything to us... well, almost.

Sensations cannot be replaced.

It's the journey, not the destination..

Isopeikko a dit…

Tuolla tiellä kulkee peikko moottoripyörän puksuttaessa peikon alla ja peikon hulmutessa moottoripyörän päällä.

Maxime a dit…

As-tu remarqué ? Bien sur.
D'un coté de la route, c'est le printemps, avec le vert d'une prairie, les arbres habillés eux aussi de vert, même si ce n'est que du lierre.
Et de l'autre coté, c'est encore l'hiver, le taillis et les arbres dénudés; il n'y a même pas cette petite ligne d'herbe verte en bord de chaussée.
Et si pour voyager - dans le temps - il suffisait de traverser la route ?

Hogrelius a dit…

Jorden runt på 84 dygn var det ett bra tag sedan man reste.

hpy a dit…

On est bien d'accord, Cergie. (Il fait gris ici aussi, et plus froid depuis dimanche.)

It's amasing SusuPetal, that I had to leave Helsinki in order to meet you, but I agree with Kutuharju, it's the journey that counts, not the final destination.

C'est bien Maxime, de me rappeler des détails qui ne m'ont peut-être pas sauté aux yeux. Et puis, je pense que nous pouvons tous interpreter une image de notre propre façon. Et ça, c'est bien.

Hiljaista oli Kootee, ei siella nakynyt kuin Isopeikko ja moottoripyora.

Var det inte 80 dagar enligt boken, Bosse?

dieudeschats a dit…

Il manque le temps... la vie n'est plus qu'une course dont personne ne profite assez à son goût.

hpy a dit…

Il faut s'arrêter de temps en temps, dieudeschats. Et regarder.