jeudi 12 avril 2012

Derrière les barbelés

Si nous préférons les petites routes, c'est parce qu'on peut y faire des rencontres. Pas chaque fois, malheureusement. Ou peut-être heureusement, car on risquerait de finir blasés.

Le weekend de Pâques nous avons eu de la chance. Dimanche, c'était le faisan vénérable qui faisait le beau, samedi j'ai aperçu un chevreuil au loin.

Lui aussi nous a vus, il a dressé ses grands oreilles, autrement il n'a pas bougé, se sachant sans doute protégé par les barbelés entre lesquelles j'ai réussi à le viser.

Et vous voudriez encore qu'on prenne les grandes axes où on ne voit que des automobilistes pressés d'arriver à l'hôpital ou au cimetière.


10 commentaires:

Thérèse a dit…

Joli cadeau en bordure de route.

Les barbeles peuvent parfois etre tres utiles pour ralentir les automobilistes trop presses.

Olivier a dit…

belle prise photographique (je parle évidement de la première photo)

Suzanne Bouchard a dit…

Tu as tellement raison, les petites routes nous réservent toujours de belles surprises et les accidents sont si vite arrivés sur les grandes voies ! Merci de ce partage !

Daniel a dit…

Biche oh ma biche...
Beaucoup sont à la recherche du paradis (rassure toi pas moi).
Remarque bien de tous ceux qui y sont monté, nul n'est jamais revenu, je vais te dire ce sont des égoïstes ils veulent le garder pour eux...
Bonne journée A + :))

namaki a dit…

tu y fais de bien jolies rencontres loin de la route et de ses chauffards !

Mick a dit…

The photograph of the deer is excellent.

claude a dit…

T'es marrante, toi, la voiture accidentée a peut être voulu éviter un chevreuil !
Faut pas croire, ces bêtes sont quelques fois suicidaires et traversent des grands axes.

Cergie a dit…

Et beh, l'herbe est bien grasse de ce coté-ci de la clôture !

Kari a dit…

Komea eläin ja hyvä kuva!

Minulla on monesti hauskaa kääntäessäni tekstejä Googlen kääntäjällä. Tänään ei ollut paras googlekääntäjäpäivä, mutta oma huvinsa tässäkin:

"Jos me mieluummin takaisin tiet, se johtuu voit tavata ihmisiä. Ei joka kerta, valitettavasti. Tai ehkä onneksi, sillä saatat päätyä uupunut.

Pääsiäisviikonloppuna olimme onnekkaita. Sunnuntai oli kunnianarvoisa fasaani, joka oli kaunis, lauantaina näin hirvieläinten etäisyys.

Hänkin näki meidät, hän on pystytti hänen suuret korvat, muuten se ei liiku, tiedä luultavasti suojattu piikkilangat, joiden välissä onnistuin pyrkiä.

Ja kuitenkin haluaisit meitä ottamaan tärkeimpien valtateiden, jossa näemme vain autoilijoiden kiire sairaalaan tai hautausmaalle."

Solange a dit…

C'est tellement plus intéressant sur les petites routes et ceux qu'on rencontre sont calmes.