mardi 4 novembre 2008

Dans le noir

J'ai par mon travail pas mal de contact avec le monde des entreprises, industrielles ou non, des plus grandes aux plus petites.

Depuis quelques années déjà, j'en ai vu, des fermetures. J'ai vu un homme obligé de licencier tout son personnel, payer tout ce qu'il devait, avant de sombrer dans une forte dépression, dont il n'est jamais sorti. Pourtant, son honneur, très important pour lui, était sauf, mais fermer une entreprise qu'il avait créée et pour laquelle il avait travaillé toute sa vie, devait sans doute être la goutte de trop.

Il y a un an, pas tout à fait, un autre dirigeant a fait de même, mais avec plus de chance - il est, à ma connaissance, toujours en bonne santé. A-t-il du travail, je n'en sais rien, je n'ose pas trop l'appeler. (J'ai essayé, mais je n'ai plus de réponse à mes coups de fil.)

Et là, tout s'accélère. Depuis quelques semaines, les société d'assurance-crédit n'assurent plus rien, les banques retirent les droits au découvert et n'accordent plus de crédit à ceux qui en ont besoin. C'est au moins ce que me raconte quelqu'un que je considère comme un ami, et qui se bât pour la survie de son entreprise, mais qui n'y croit plus beaucoup. Et pourtant, il y a un mois ou deux, son entreprise était florissante!

Mais quand personne n'achète plus rien, et qu'on a tout de même les mêmes frais fixes sans aucune rentrée dans la caisse, comment payer ses employés, comment investir, payer ses taxes et d'autres charges, de quoi vivre? Et comment se battre?

Des entreprises qui allaient bien hier, qui vont bien aujourd'hui, comment iront-elles demain, voire déjà cet après-midi? Je n'en sais rien, mais je vois dans ma boule de cristal, que les fermetures vont aller croissant, entraînant d'autres avec elles, car tout le monde ne pourra pas honorer toutes ses dettes jusqu'au bout. (Quelle idiotie aussi, que des délais de paiement à rallonge, qui font que même les entreprises qui a priori n'ont pas de problème, en ont quand-même.)

Il paraît que c'était dur en 1929. Je me demande ce qu'on dira de 2008 d'ici une petite centaine d'années.

Sur ce, au boulot! Et consommez! Consommez, tant que vous pouvez...

18 commentaires:

Olivier a dit…

Bravo de parler de ce sujet, c'est un sujet vraiment hard (avec un bon choix de photo), je sais pas comment cela va se finir, mais ça fait peur, surtout que je comprends pas très bien pourquoi les banques bloquent les crédits, les trésoreries, c'est pas le meilleur moyen de relancer l'économie....on va vers un noël avec le père fouettard a la place du père du noël ;o((

"Je vais sortir ce soir, ce soir
Jusqu'au petit matin, matin
Pas de boulot pour moi, pour moi
Je dormirai demain, demain matin
Je sirote un cocktail, un cocktail
En écoutant du rock, rock rock
Je parle a une fille, belle fille
Mais j'ai l'estomac vide, oui tellement vide

La crise économique : c'est fantastique,
La décadence : c'est la bonne ambiance

Je vais sortir ce soir, ce soir
En écoutant du rock, be bop a lula
Pas de boulot pour moi, pour moi
Je sirote un cocktail "
Les Civils

Olivier a dit…

"Il nous faut de la musique." mais il y en a de la musique a la fin du post ;o))). Allons danser pour oublier la crise.

alice a dit…

Ouais, quand on dit que tout va bien, on se bagarre déjà pour trouver ou pour garder son boulot. Et quand on dit que c'est la crise, et bien ça y est, on l'a perdu.
Tu as l'art de faire de très belles photos avec du glauque.

claude a dit…

La crise est bien entamée, jusqu'ou va-t-elle aller et quand s'arrêtera-t-elle ?
Tout cela est le reflet de notre société dans laquelle tout fout le camp, tout marche à l'envers et surtout à reculons.
Il y a des catégories sociaux-professionnelles qui n'ont le droit que de travailler, de payer et toujours payer et quand ça va mal, là, il n'y a plus persone pour les aider.
Ni les banques qui ne veulent plus faire des facilités, ni l'état qui ne subventionne que ce qu'il veut bien.
Ah là là là là ! Elle n'est pas facile la vie !
La seule chose qu'il nous reste à faire pour ne pas sombrer dans la mélancolie, le désespoir et la dépression, est de PENSER POSITIF ! Enfin, tout pendant qu'il y a de l'espoir.
Pour tous ceux qui ont déjà mis la clé sous la porte et ceux qui seront amenés à le faire, c'est très triste.

Webradio a dit…

Toujours triste une entreprise qui s'arrête...

nazzareno a dit…

Un sujet terriblement sérieux, difficile à faire dans une langue que ce n'est pas la mienne, je peux dire seulement que, qui il avait déjà mis de côté Carlo Marx et ses études, il devra revenir à considère-les

Miss_Yves a dit…

Une belle photo pour les jours sombres
Jeudi noir ? mardi noir ? Espérons que tous les jours de la semaine n'y passeront pas ...
Miss Yves
PS Textes en Finnois sur mon blog

Liisa a dit…

Kuva ja teksti sopivat loistavasti yhteen.

(Babelfish-käännöksen sentään ymmärtää. Google Translator lähinnä huvittaa.)

Marie-Noyale a dit…

Une photo qui donne la chair de poule...
Nous vivons ici en suspension..
Les temps electoraux apportent cette dose d'espoir que nous recherchons tous.. mais dans quelques mois,nous allons retomber de ce petit nuage..

Therese a dit…

Aujourd'hui c'est la surface qui trinque. Le plus dur est devant.
Mais ca bouge, ca bouge et l'important c'est qu'il y en est qui assurent le virement de bord. Allez! Tous ensemble on y arrivera. Place aux nouvelles idées!
Ah qu'il est facile de parler, en l'occurence d'écrire...

Mick a dit…

A beautiful night photograph even if the story is a sad one. You give the best advice in this recession, however, as each of us, singly, should continue to consume else this hole will grow ever deeper and wider.

Marguerite-Marie a dit…

tu as très bien décrit le moment et je pense comme toi qu'il faut essayer de consommer.

Bergson a dit…

avec le nombre de millions dont on parle en ce moment ; on en oublie que certains se battent pour sauver l'affaire familiale ou de leur vie.
Ta photo reflète bien le désarroi

Isopeikko a dit…

Terveisiä tuonne pimeään siellä asuville peikoille.

SusuPetal a dit…

Tuo kuva on yhtä synkkä kuin mieleni tänään.

Abraham Lincoln a dit…

I don't read the language so I am not sure what the picture is of but it looks spooky to me.

Cergie a dit…

On dirait un superbe et sinistre bunker...
Pour se protéger de la récession doit-on se protéger de l'autre ?
Consommer... Plus ça va moins je consomme, et je récupère les savons de ma tante qui datent de la fin de la dernière guerre mondiale : plus ils sont vieux, meilleurs ils sont (tu te souviens ton précédent post sur le savon dit "de Marseille" ?)

tr3nta a dit…

looks like taken from a movie... from nouvelle vague...