samedi 31 mai 2008

Voyage à Orly

Hier matin j'ai reçu un appel d'outre-mer. Un ancien contact professionnel, lui aussi perdu de vue depuis des années, avait un colis à faire porter d'urgence de Fécamp à Orly, pour qu'il prenne l'avion du soir. Il m'a retrouvée et m'a demandé conseil. Ne connaissant personne à lui conseiller, je lui ai proposé de le porter moi-même. (Ne le dites à personne, mais quand on me demande un service, et que je peux, je le rends.)

J'ai mis quatre heures pour aller à Orly! Normalement il n'en faut pas trois, mais un accident en début de parcours à ralenti ma vitesse à moins de 2 km/h et après il a fallu prendre une longue déviation. L'autoroute était complètement bloqué. Mais ouf! Je suis arrivée à temps pour remettre le colis à l'homme qui devait le porter outre-mer.


Pour éviter les bouchons que nous avions vus à l'aller, nous avons décidé de ne pas prendre l' autoroute mais de traverser Paris et la banlieue par les petites routes. Oui, DD avait pris une journée de repos et m'accompagnait.

Boulevard Brune, avenue du Maine, boulevard des Invalides et le tombeau de Napoléon nous ont approchés de mon ancien quartier. Vite! Une photo de la porte que je poussais chaque jour pour rentrer chez moi. Je me serais bien arrêtée rue Cler pour faire quelques courses, mais l'heure tournait.

Un clin d'oeil à Peter en passant près du Trocadéro.


Et voilà le Bois de Boulogne, au loin la Défense, puis Suresnes et Nanterre.


Lyliane et Peter reconnaîtront sans doute cet immeuble à Rueil Malmaison! Pour leur gouverne, le Tom-Tip a changé de nom.


Nous avons continué notre route par des rues de banlieues inconnues, dont Frettes sur Seine.

L'estomac dans les talons, il était déjà huit heures du soir, nous voyons un panneau "restaurant" en bord de la route, et nous entrons dans Vigny pour dîner.

Nous y avons très bien mangé, et à notre sortie la fête battait son plein sous un ciel étoilé.

Et puis nous avons pris l'ancienne route nationale 14, aujourd'hui la départementale 6014 vers la Normandie et la maison où Moumoune et Nefertiti nous attendaient malgré l'heure presque matinale.

12 commentaires:

hpy a dit…

Av och an till Paris.

Pieni matka Pariisiin ja sen ymparistoon.

On and off to Paris.

Mick a dit…

Again and again you delight my senses with your photographs. :)

Isopeikko a dit…

Hieno ketunvärinen skootteri tuolla kuvassa :) Peikon mieluinen.

Alex a dit…

Sacrée livraison !!
Sympa le résumé du voyage...
Bon j'y retourne...

alice a dit…

Quelle épopée! Pour un peu, le paquet était rendu à destination avant que vous ouvriez la porte aux chats...

claude a dit…

Bouh ! Quelle virée pour un paquet!
C'est sympa de nous la faire partager. Vous avez mis autant de temps pour revenir ? Le principal c'est de prendre du plaisir à faire plaisir. Rendre un service pour avoir une journée pareille, ça vaut le coup !

Marie-Noyale a dit…

Un service rendu,une journée imprevue passee a deux..
Carpe Diem.. il faut savoir gouter les bons moments qui laissent souvent de doux souvenirs..
Bonne fin de journee.

Marguerite-Marie a dit…

belle virée tant qu'à rendre service autant en prendre du palisir.

lyliane a dit…

C'est affreux les embouteillages pour aller à Paris, pour en revenir c'est plus facile, sauf le vendredi soir, tous les "parisiens" viennent en Normandie.
Tu as fait un pèlerinage dans le passé, en pensant à nous et au travail.
J'ai reconnu ta porte aussi.
Vous auriez pu vous arrêter au Plessis pour souper nous étions là.

Cergie a dit…

EH BEN !
La paparazzi en bagnole a encore frappé. Tu es d'une efficacité !
On reconnait ton talent de portraitiste de château d'eau que tu as mis au service de la tour de contrôle d'Orly.
Plusieurs photos sont remarquables.
Allez... CelLe au p'tit lion de pierre assis. Celle au sens interdit.

Peter a dit…

Voilà un tour de nostalgie (à partager) ! L’ancien patron de Tom Tip, je l’ai retrouvé des années après dans un bar tabac dans le 10e.
La petite blonde au Troca, on dirait presque toi en arrivant à Paris il y a une trentaine d’années !

Maxime a dit…

Quel étrange voyage... Parce que, d'ordinaire, Orly est un point de départ, au mieux un point de passage, jamais une destination. Et ton message démontre ce dont je suis convaincu : l'important, ce n'est pas la destination, c'est le voyage.