mercredi 11 novembre 2009

Oh la vache



Comme personne n'a voulu continuer l'histoire du vieux surveillant, je l'ai fait. Voici donc quelques lignes supplémentaires :

Mais non, d'abord ce que m'a envoyé Alice à qui je demande pardon d'avoir continué l'histoire avant d'avoir eu sa participation. Heureusement ça colle, quand même!

***

Il faut dire que les journées passées au pensionnat et les soirées dans sa petite maison basse de plafond de l'autre côté de la rue, n'avaient rien de bien folichon. Entre les jeunes pensionnaires toutes plus jolies les unes que les autres qui lui tournaient la tête et les bonnes soeurs qui le tourmentaient de leurs éternels reproches et de leur suspicion systématique, la vie était bien compliquée.

***


L'ancien surveillant, toujours aussi voûté sous sa vieille blouse grise, commençait à douter. Personne ne se promenait sur le rivage, ni d'un coté, ni de l'autre. Il avait sans doute choisi une mauvaise place pour attendre la visite d'une de ses anciennes pensionnaires.

Tout au moins pouvait-il passer son temps à rêver.

Rêver de jeunes filles brunes, blondes ou rousses, toutes tellement jolies, jouant, babillant et riant pendant la récréation. A l'époque, quand il s'approchait, et qu'elles s'en apercevaient, elles devenaient sérieuses, mais elles restaient toujours aussi belles.

Bien entendu, il avait eu ses préférées, comme la petite Sophie qu'il avait aperçue en ville, à la bibliothèque, quelques jours plus tôt.

Il allait souvent à la bibliothèque. L'atmosphère y était si calme, et pourtant il pouvait y apercevoir un peu de monde, lui qui était devenu un grand solitaire par la force des choses.

Il avait reconnu la petite Sophie tout de suite, car malgré les années qui s'étaient écoulées depuis que l'école était finie pour l'un comme pour l'autre, elle n'avait pas changé. Pas du tout.

Sophie était accompagnée d'une vieille dame.

A suivre, peut-être.

16 commentaires:

Nefertiti,deesse NiLuNoah adoratrice d Aton a dit…

tes vaches n ont pas l air tres calines,p etre les cornes qui donnent cette impression ;O)

et le brouillard n arrange pas l ambiance,tu ne t es pas fait coursee au moins ;O)

bonne journee ma chere ;O)

claude a dit…

Dis donc, je ne voudrais pas me prendre un coup de corne dans le derrière ! Cornes très impresionnantes.
C'est brumeux par chez toi.
As tu revu ton héron ?

alice a dit…

Et d'ailleurs, la petite Sophie devenue grande l'avait tout de suite reconnu elle aussi. Il est vrai que lui non plus n'avait pas beaucoup changé, même jeune il avait toujours fait vieux, tout au plus s'était-il un peu plus voûté et dégarni au fil des années...
Donc, à la bibliothèque, au rayon Romans policiers, son regard avait croisé celui de la petite Sophie. Il n'avait ressenti aucune animosité de sa part, un léger étonnement peut-être. Il n'avait jamais fait partie de ces surveillants peau de vache, contrairement à Monsieur Henri -surnommé BDB, ce qui avait toujours fait bien rire notre vieux héron-, Monsieur Henri donc, si gratuitement méchant, mais la paire de cornes que lui faisait porter sa femme expliquait sans doûte bien des choses...

Miss_Yves a dit…

Malgré le flou des souvenirs, une suite s'ébauche!

Marie-Noyale a dit…

Je croyais que les vaches Normandes avaient la reputation d'etre plus sympas!!!

Mick a dit…

They all appear to be running forward ... it must be feeding time.

Flo ♪ a dit…

Elle est génial j'aime

SusuPetal a dit…

Ja sumu jatkuu.

Talven voisi nimetä uudestaan harmaakaudeksi.

Thérèse a dit…

Suite au prochain chapitre qui sera peut-être intitulé "La chaperonne"? A moins que l'histoire ne devienne moins sage.

meretnature a dit…

Bonsoir , humm cette histoire est un peu impressionnante , mais bon c'est à suivre encore non??
bonne soirée

isopeikko a dit…

Aika sarvipää, mutta kyllä senkin joku vielä pistelee hampurilaisen sisällä poskeensa.

Sirokko a dit…

Interessante comme histoire...pas de cochons dedans, que des vaches, j'espère.

Robert a dit…

Il vaut mieux la laisser tranquille.

hpy a dit…

Nefertiti, les vaches ont autant peur de moi que moi d'élles. Personne ne course personne, mais tout le monde court.

Claude, j'aperçois bien un héron de temps en temps (à condition de sortir) mais c'est assez rare.

Sirokko, pas de cochons...

Kutuharju a dit…

Nyt Kutu on ihan tipahtanut, tyhmistyn näemmä vuosi vuodelta, (jollei jo viikko viikolta!) -- siis miten nämä ihastuttavat lehmät (paitsi kamalat sapelisarvet niillä kyllä on...) liittyvät tuohon tarinaan. Ja tosiaan oliko jossain jatkokertomuksen alku.. Juu, kävin katsomassa alun, enkä vieläkään ymmärrä. Johtuuko kaikki huonosta/surkeasta ranskastani! :(: (tässä hymiössä ollaan pahoillaan ja samalla huvittuneita... keksinkö tän ihan ite?)

hpy a dit…

Kutis, oikein hyvin olet ymmartanyt. Improvisoitu jatkokertomus, kahden bloggaajan kirjoittama ja sitten tietysti kuvattu kuville jotka eivat juuri liity asiaan elleivat sitten naiset ole lehmia. Ja niinhan jotkut vaittavat.
Itse asiassa tama lahti alkuun ensimmaisen postauksen - héron - ensimmaisesta kommentista, ja sama kommentoija on sitten suostunut kirjoittamaan muutaman rivin joka kerta . Ja mina sitten olen lisannyt siihen jotain hoperoa.
Voisi muuten olla kiva tosiaankin kirjoittaa monen bloggaajan avulla jatkokertymus. Jokainen kirjoittaisi oman osansa. Saisi nahda miten hullu kertomus siita tulisi.