mardi 2 septembre 2008

Les chevreuils


Le blé est fauché et a même été battu, se disaient les Larus argentées, fières d'avoir terminé leur travail, et nous ne dormirons pas sur la paille comme ces pauvres chevreuils qui vont même se faire tirer dessus d'ici quelques temps.

Nous avons de la chance d'être nées argentées, car ainsi nous sommes protégées bien qu'ils soient rares, ceux qui nous aiment.

Regardez les chevreuils, tout le monde les trouve beaux, tout le monde les aime, mais cela ne les empêche pas de se faire faucher comme le blé sous prétexte qu'ils en mangent trop. Tout cela n'est, comme d'habitude, qu'une question d'argent.

***

L'Histoire du Cormoran, 20° épisode

15 commentaires:

Olivier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Olivier a dit…

un cormoran (masqué)
un millier de mouettes
trois chiens
deux chevreuils
une photographe
un train
une grue
des bateaux
un radeau (sans méduse)
une geai-linotte.........
et toujours pas de raton laveur.

"l'inventaire" de prevert

RuneE a dit…

Jeg liker disse enkle, men meget vakre komposisjonene. "Enkelt" er ofte det vanskeligste.

evlahos a dit…

so beautiful, almost like painting

april a dit…

On les voit souvent maintenant. C'est l'automne.

Webradio a dit…

Bonjour § C'est rare de voir des chevreuils en liberté !

Jolie photo...

Miss_Yves a dit…

Quelle perspective grandiose! et les chevreuils, si petits , si fragiles ...
miss Yves

Bergson a dit…

Tu es la chef des photographes animaliers !!

Superbe car lorsque j'en vois ils partent plus vite qu'un cormoran en piqué

Marguerite-Marie a dit…

je les trouve bien téméraires de se montrer ainsi à découvert...suicidaires ou inconscients ou affamés?

Mick a dit…

I was thinking the same thing as evlahos, this would make a very nice painting.

Therese a dit…

On aimerait pouvoir dérouler cette image vers la droite pour leur donner un peu plus d'espace et surtout un refuge.

Isopeikko a dit…

Chevrestä tulee mieleen juusto ja siitä juustosta vuohi (vuohta se lie tarkoittaakin). Se on hyvää ruskeaksi paistettuna, ihan niin kuin nuo metsäkauriitkin, chevreuilit :)

hpy a dit…

Olivier, merci de me rappeler l'inventaire.

RuneE, jag haller fullt med om att det enklaste oftast ar det vackraste.

Evlahos, they were so far away.

April, les champs se vident et le animaux ne savent pas où se cacher.

Webradio, j'en vois de temps en temps.

Miss Yves, vous faite donc partie de ceux qui les aiment.

Bergson, merci de me rappeler que le cormoran peut descendre en piqué.

Marguerite-Marie, suicidaires non, pas avec moi, car je ne les mitraille qu'avec mon appareil de photo - et la chasse n'est pas encore ouverte.

Mick, as I said to evlahos, they were so far away.

Therese, il y avait peut-être un sanglier dans le maïs...

Isopeikko, en ole koskaan paistanut vuohijuustoa, taytyy kai kokeilla.

ALAIN a dit…

Le champ, on dirait une vague qui va déferler sur ces deux malheureux animaux qui semblent se demander ce qu'ils font là.

Cergie a dit…

J'aime les éclaboussures de lumière sur le mais qui se prend pour une graminée. J'aime aussi les lignes, qui ne sont pas celels à haute tension
Je devrais raconter une histoire / les chevreuils, mais cela me rappelle une autoroute en Limousin et je l'ai déjà racontée sur un autre blog ; je ne suis pas comme DD je ne radote pas, ou plus (mais je te la raconterai peut-être un jour de vive voix)