mardi 10 juin 2008

Lonely


I don't know when, I don't know why nor how, but I know where a perhaps one month old fox stood face to face with Death.

In our western cultures we're not accustomed to see and to cope with death. Recently a French municipality prohibited dying as there was no place left in the graveyard!

Old and sick people die in hospitals, not at home surrounded by a loving family.

Living kills but dying is forbidden.

But nobody had told so to this little baby fox so one day, or one night, it stood face to face with Death and fell down, feeling very lonely, in a quiet place in the garden, where DD found it some time after the flies.

Dying is forbidden, talking about it is even worse. And you should never show it as it's not accepted by the living ones.

***

Please do not click on the picture unless you're ready to see what death looks like on a little fox. My apologies to Isopeikko, the creator of the tales about the bear, the fox and the little baby wolf, but I didn't choose where and when Death came to this little one. And maybe we should learn to know and to accept that dying is something natural, that it will happen to everyone of us. Just like sorrow and loneliness.

27 commentaires:

hpy a dit…

Anteeksi Isopeikko. Onneksi tama ei ole sinun kettusi.

Il ya des choses que l'on ne devrait peut-être pas montrer, mais la limite n'est pas la même pour tous. Ne cliquez pas, si la mort vous dérange.

Raven ligger numera uner marken dar den naturliga processen gor att den smaningom forsvinner helt.

evlahos a dit…

great and sad post. very strong shot.You can't win death. you can live with this. the only thing we can do it to respect all living creature, all nature.

thank you for your kind comments.About your question. yes the last shot is jellyfish and Karystos is just the name of the city

Peter a dit…

You are so right! You present an exceptionally small photo and I did not have the courage to enlarge it, maybe another proof of what you state in your extremely good text!

Olivier a dit…

Voila un thème dur (c'est la journée qui veut cela, je pense). bravo pour le texte (enfin ce que j'ai réussi a traduire) je suis d'accord avec toi.
j'avais beaucoup aimé, le maire qui avait interdit de mourir, si cela pouvait être si simple.

Cergie a dit…

La mort est dans la vie et autrefois elle était encore plus prise en compte par les humains.
Maintenant, on meurt souvent à l'hôpital et on n'est plus comme autrefois veillé à la maison. Plus de rituel d'adieu autour du mort.
Sur une portée de petites mésanges pour laquelle les parents maigrissent et se sacrifient, combien vont donc survivre ? Il ne leur faut pas y penser, sinon pourquoi se décarcasser ? Il leur faut avoir l'espoir...
Lorsque je regarde mon arbre généalogique, mes ancêtres sont tous des dixièmes enfants ou des derniers de portée aussi car tous les autres avant avaient disparu.
La mort des proches aussi, il faut la regarder en face avant d'affronter la notre. Parfois on meurt seul. Parfois quelqu'un vous tient la main, on nepeut saoir comment se passe ce cap. Comme l'on ne peut prédire comment se passera une naissance.
Je peux en parler pendant des longues minutes, et pourtant je ne sais pas tout, je ne sais rien de ce qui est à venir.

delphinium in heaven a dit…

Il est dur ce post dame du Nord. Alors je ne vais cliquer sur la photo. Parce que je ne veux pas voir pourquoi et comment la petite bête est morte.

J'ai vu mourir des gens de près. Je ne m'en suis pas remise. Et pourtant, le plus important, c'était d'être là, de tenir la main mais quand j'ai lâché la main, il n'y avait plus personne qui tenait la mienne. Chez nous, dans ma famille, on ne doit pas pleurer, on est des durs, des montagnards, on vit à l'ombre des montagnes et on se croit forts comme des rocs. C'est parfois vrai mais pour moi c'est souvent faux.

Je ne sais pas si je suis croyante. Mais ce que je peux dire, c'est que dans mon village d'origine, les enterrements rassemblent encore toute la communauté villageoise. Même si les gens ne croient pas, ils viennent à l'église pour soutenir la famille, pour dire qu'ils sont là. C'est peut-être peu de choses mais c'est aussi beaucoup. Il y a un petit choeur qui chante des cantiques, et une organiste qui joue. Un rituel, une présence, de la musique. On ne sait pas de quoi est fait l'après-mort mais il important que l'on garde les traditions, les rites de passage et que l'on sache que la mort fait partie de la vie.

Voilà, même si j'écris tout cela, je ne clique pas sur la photo. Mais je vous embrasse très fort
Juste comme ça

Isopeikko a dit…

Peikko kiittää kuvasta ja tarinasta. Tuo pieni kettu jatkaa nyt olemassaoloaan sinun kertomanasi tarinana. Se pieni kettu ei ehkä ymmärtänyt elämää ja kuolemaa, siksi onkin arvokasta että sinä kirjoitit sen tarinan meille luettavaksi. Ehkä meillä lukijoilla on yhteensä vähän kettuymmärrystä pienen ketun puolesta.

Jollet pahastu, saattaa kuvasta ja tarinasta syntyä jonain päivänä toinenkin tarina.

claude a dit…

Les gens s'entretuent, ils tuent les bêtes, certains meurent de mort naturelle, c'est la même chose pour les animaux. Mais on s'attendrit quand on découvre une bébé renard mort. Vois tu ce matrin j'ai trouvé un poisson sur le côté à la surface de l'eau du bassin. De quoi est-il mort ce petit renard ? Piège, poisson, arme à feu ? Ton post est bien triste ce matin.

hpy a dit…

Evlahos, the little fox thanks you for your word about respecting nature.

Peter, death is not ugly.

Olivier, Je crois que j'aime parler des choses qui peuvent paraître dures.

Cergie, la mort est quelque chose de naturel. Il est normal de mourir, mais les circonstances ne le sont pas toujours.

Delphinium, on ne s'en remet jamais de la mort de quelqu'un qu'on aime, je crois, mais cela s'estompe avec le temps, pour mieux resurgir par moments. Dans ma famille aussi on est des durs. Je me rappelle une vieille tante expliquant comment cela peut être difficile de ne pas avoir le droit de montrer ses sentiments, et surtout de ne pas avoir le droit de pleurer - même pour les femmes. Je n'ai jamais vu pleurer ma mère, même pas à l'enterrement de ses enfants. Elle m'a dit un jour que ses larmes avaient tari quand son père à elle est mort. Mais elle n'était pas dure avec nous, juste avec elle-même. Moi, j'ai eu la chance d'apprendre à pleurer, et bien que l'apprentissage n'ait pas toujours été facile, je suis contente d'avoir appris. Je sais que je parais toujours dure, mais c'est, comme je l'ai déjà dit, je crois, cette foutue carapace qu'on garde pour ne pas être blessé - et surtout pour ne pas montrer qu'on l'est. Quand aux enterrements, je pense qu'il s'agit d'un rituel (peu importe la religion ou son absence) qui est nécessaire pour dire adieu et pour accepter que la vie continue. Il faut savoir mettre une terme aux choses.

Isopeikko, miksi pahastuisin? Painvastoin, Peikon kirjoittama tarina olisi kuin kunnianosoitus elamalle. Kuten aina.

Claude, triste, tu dis. En est-tu sûre? Peut-être ai-je photographié ce petit renard dans un moment de voyeurisme, tout comme on lit les faits divers avec délectation, heureux d'être en vie, nous, et de ne pas avoir subi le sort de la victime? Cela tu ne le sauras jamais. Et pour répondre à ta question. Je ne connais pas la cause de la mort du renard, je n'ai pas pratiqué d'autopsie et un rapide examen visuel n'a rien laissé paraître, comme tu peux voir en cliquant sur la photo.

Mick a dit…

It is all part of the cycle where there is no beginning and no end. The body of this little fox feeds the garden, the worm and the fly. The spirit of it feeds our own.

Alex a dit…

Tu as raison, il y a des cultures qui sont beaucoup plus à l'aise avec la mort que la nôtre.

Et n'est-ce-pas la conscience que nous avons de notre propre mort qui donne tout son sens à la vie ??

Mathilde a dit…

Bonjour,

Peut-être n'ai-je rien à dire sur la mort, parce que tout le monde un jour ou l'autre se trouve confronté à cette réalité. Il n'y a pas de vie sans son contraire, et que même l'enfant qui ouvre un œil doit déjà apprendre à perdre, ce que l'on fait toute notre vie. On perd nos amis, nos compagnons, nos enfants, on perd parfois aussi notre propre vie et même bien souvent notre temps.

J’ai cliqué sur l'image et j'ai vu ce que je sais déjà... Le monde.

d. chedwick a dit…

It's sad when death comes to young things.

SusuPetal a dit…

Death is part of life. Nothing mystical about that, although people seem to want to think otherwise.

delirium a dit…

Une affaire a défrayé la chronique en Suisse il y a quelques mois en arrière. Des paysans de montagne ont tiré sur un loup qui mangeaient les petits moutons et les petits veaux. Le WWF a crié au scandale. Moi pas. Les loups n'ont plus rien à faire dans des espaces qui ont été colonisés par l'homme. Le loup n'a qu'à aller faire du surf dans l'océan arctique. :-))

hpy a dit…

Mick, you are so very right about that all.

Alex, tu crois que nous pensons tout le temps à la mort sans le savoir?

Mathilde, l'image n'est pas choquante, sauf pour certains.

d.chedwick. Death is almost always said for those to remain. (Give my best to Dennis.)

SusuPetal, death can be as peaceful and beautiful as a graveyard in Helsinki.

Délirium, il faut envoyer les WWF paitre à la place des moutons. Nus, désarmés, seuls. Après on pourra les écouter.

Isopeikko a dit…

Peikko kirjoittaa aamuksi toisen tarinan pienestä ketusta. Kiitos.

alice a dit…

Tant de sujets s'entremêlent ici au fil des commentaires... Que dire sinon que le monde animal que l'on dit sauvage est bien moins cruel que le monde des humains que l'on voudrait civilisé.

Liisa a dit…

Thank you for this posting, HPY! I had the courage to click the picture. Sad as it is, but everything you say is so true.

hpy a dit…

Isopeikko, tulen heti huomisaamuna ihailemaan.

Alice, nous sommes tous cruels en vue des critères humains. Surtout les animaux. Et pourtant, qui est-ce qui fait mal aux autres pour le plaisir.

Liisa, thanks for your comment. I think it can be very important to talk about death and to make it more natural than it has become lately. Dying is really forbidden today.

ALAIN a dit…

Ta photo m'a fait penser à Mitterrand, photographié sur son lit après sa mort. Avons nous le droit de photographier les morts ? Ce qu'il faut c'est éviter de faire de la peine aux vivants et la maman renarde a peu de chance de voir ton blog.
La mort, c'est naturel, des animaux morts, j'en ai vu beaucoup, c'est dans l'ordre des choses. Il faut bien mourir pour que les autres vivent.

lyliane a dit…

La mort n'est rien , c'est la façon de mourir qui est cruelle pour certains dans des souffrances.Mais pour l'instant nous vivons, il fait beau que demander de plus.
Mais pauvre petite bête, je ne supporte même pas la mort de mes poissons rouges!

Marie-Noyale a dit…

Je n'aime pas me voiler la face...
La mort fait partie de nos vies..
je ne sais pas, peut etre c'est ma façon a moi ,de me dire que si je ne l'oublie pas ..elle ne me surprendra pas...

Cuckoo a dit…

I am sorry, i am late to comment but I had read it thru my reader. To be frank, I did not have the courage to come here.

It is so very sad, true and of course lonely. Life and death are parts of this cycle but we still find difficult to accept it somehow.

HPY, thanks for sharing it. I am touched.

hpy a dit…

Alain, tu veux dire qu'il n'y a pas une grande différence entre un renard mort et un Mitterrand mort? De leur vivant ils étaient rusés, tous les deux?

Lyliane, la vie est souvent cruelle. Pour la mort, je ne sais pas encore.

Marie-Noyale, oui, la mort fait bien partie de la vie.

Cuckoo, you are not late.

Kutuharju a dit…

It looks so sad, so lonely (despite of the flies) :(
People or animals are not born alone - they are born together with their mothers -- but everybody, everybody dies alone. That's why we such not be afraid of being alone, either.

Death is sad when it interrupts something beautiful or something unfinished: young life, rich life, unfulfilled life...

Therese a dit…

Ce petit renard allonge la tout seul, tout mort nous surprend bien sur mais quoi de plus sain que de s’arreter quelques instants pour voir la vie en face. Accompagner et etre accompage, quel privilege ! Pourvu qu'il se soit tout simplement endormi.