mercredi 16 octobre 2013

Le faux coût du transport

Dernièrement j'ai passé pas mal de temps allongée sur le canapé en écoutant la télé d'un quart d'oreille. (J'y retourne d'ailleurs encore aussi souvent que possible.)

Ma chaîne préférée est BFMTV. Les informations qui passent en boucle toute la journée sont peut-être intéressantes la première fois qu'on les entend, mais à la longue c'est toujours la même chose, et cela devient facilement un tout petit peu trop monotone, et donc parfait pour somnoler.

De temps en temps je regarde aussi ce qui se passe sur les autres chaînes. Je ne peux donc pas dire sur quelle chaîne j'ai aperçu cette publicité de Super U, expliquant comment est composé le prix d'un litre de lait bio.

Sur un prix total de 0.95 €, je n'ai rien à dire sur la TVA de 0.05 €, ni sur les charges et la rémunération  du magasin, 0.17 €. Les producteurs de lait râlent, il me semble, car je l'ai entendu aux informations, pour les 0.43 € qu'ils touchent. Mais quand j'ai vu 0.30 € pour le transport et le conditionnement, j'ai tiqué.

Sachant que le lait est transporté en citerne du producteur (la vache) à la laiterie, et cela sur une distance aussi courte que possible, qu'il est ensuite, une fois conditionné, transporté de la laiterie à la centrale d'achats (une base qui regroupe les produits devant être ensuite distribués dans les magasins), avant d'être acheminé jusqu'aux magasins, je me suis mise à calculer le prix du transport, car à mon avis, quelque chose sonnait faux dans le 0.30 € le litre. 

Je ne tiens pas compte du prix depuis le producteur jusqu'à la laiterie. Ce n'est qu'un détail qu'on peut inclure dans le prix global.

Mais sachant que dans un camion entre la laiterie et la centrale d'achat, ainsi que dans celui qui distribue le produit aux magasins, on peut mettre 25 tonnes, voir plus depuis quelque temps, vu que le poids total autorisé en charge a été augmenté de 4 tonnes, je pourrais calculer le prix du transport global de la façon suivante :  0.30 € * environ 25000 litres, à savoir 7500 €.

Pour 7500 € je peux transporter plusieurs camions de la laiterie jusqu'à la centrale d'achat! Beaucoup même. Je serais même ravie de le faire, car j'aimerais bien toucher 7500 € pour mettons, au grand maximum, 1000 km (producteur - laiterie - centrale d'achat - magasin).

De nombreux transporteurs se plaignent en effet qu'ils font des transports (de 25 tonnes, toujours) à un prix inférieur à 1 € le kilomètre. Disons donc qu'ils touchent, pour être un peu mieux payés, 1.30 € / km pour le transport de  25000 litres de lait conditionné, ce qui impliquerait que le lait est transporté sur une distance de 5800 km environ. 

Et même s'ils touchaient 2 € par kilomètre parcouru, cela ferait encore une  distance globale de 3700 km. 

Il est vrai que l'enseigne inclut le conditionnement dans ces 0.30 €, à savoir le prix de la bouteille et le bouchon en plastique, la mise en bouteille etc. Mais dans sa publicité elle montre un camion transportant une bouteille de lait quand elle parle de ces 0.30 €, et la professionnelle du transport que je suis, ne peut que s'insurger contre cette façon de présenter les choses.

En outre la publicité ne parle pas des coûts, ni de la marge de la centrale d'achat...

De même je suis plus que certaine que la future écotaxe qui entrera en vigueur au 1° janvier prochain, et qui sera payée par les transporteurs qui auront beaucoup de mal à la répercuter aux chargeurs, à savoir environ 0.15 € par kilomètre parcouru sur 15000 kilomètres de routes nationales et départementales, à savoir presque toutes les routes empruntées par les camions, conduira à une hausse du prix de tous les produits que nous achèterons l'année prochaine, dont le lait. 

On parie?

14 commentaires:

Catherine a dit…

Précision de la Sainte Edwige,
L'argumentaire publicitaire corrige,
Et la marge de centrale d'achat exige.

claude a dit…

Si le transport augmente à cause de l'écotaxe, ce qui semble un peu logique, les produits transportés vont forcément augmenter.
Bien heureux ceux qui peuvent avoir un poulailler pour les oeufs, des poulets, un cochon, une vache pour le lait.
Si je comprends bien tu nous propose le débat du lait.
Le transport aérien et/ou par bateau font que les produits entre les Antilles et la Métropole, dans un sens ou dans un autre, sont très chers. C'est la raison pour laquelle on n'achète jamais de rhum en Métropole.
Je plaisante mais tout ça c'est pas marrant.

Thérèse a dit…

Bien triste tous ces calculs bien vus et merci pour ces récapitulatifs de quelqu'un avec un "business" que cela touche directement. Cela s'accumule un peu trop toutes ces sombres réalités autour de chacun des honnêtes gens qui vivent du fruit direct de leur travail.

claude a dit…

J'ai vu aux infos à midi que les camions de lait (tout du moins bretons) ne seraient pas écotaxés.

hpy a dit…

Claude, le laitier (transport en citerne de la vache à la laiterie) sera sans doute exonéré, mais ceux qui livrent les briques de lait à la centrale d'achat, et au départ de la centrale d'achat seront taxés. D'ailleurs, si vous avez un véhicule de +3.5 t vous aussi, vous serez taxés.

hpy a dit…

PS. Je suis sur un contrat d'une cinquantaine de pages - pas le temps de m'occuper des blogs ces jours-ci. Pardon.

claude a dit…

Je parlais que des citernes de lait bien entendu.
Bon courage !

Dédé a dit…

De toutes façons, je pense que nous sommes tous, d'une manière ou d'une autre, des vaches à lait.

claude a dit…

On la toujours été, mais là c'est la goutte de lait qui fait déborder le bidon !
Meuhhh !

Alain a dit…

Arrêtons de boire du lait...ou alors, allons traire nous même la vache !

Roger Gauthier a dit…

Je n'y connais pas grand chose, Hélène, et il y a sûrement un bonne part de vrai dans ce que tu dis.

Précisons toutefois que dans ce genre d'opération de transport, le coût le plus important est toujours le camion lui-même (coût de l'emprunt et intérêts, dépréciation). En second lieu vient généralement l'entretien du camion, doublement important dans le cas du camion-citerne parce qu'il doit être désinfecté et nettoyé sur une base quotidienne.

Ce qui tue les camionneurs indépendants ici, c'est toujours le coût et l'entretien du camion. Ensuite, tout le temps perdu en chargement et déchargement. Pas sûr que je voudrais faire ce métier...

Et cette taxe supplémentaire n'aidera en rien, c'est certain.

Grand-Langue a dit…

Votre analyse économique est sûrement très valable.

Depuis quelques mois nous (au Qc) sommes témoins d'une comission d'enquête qui dévoile bien des choses dans le domaine de l'administration publique.

Je répète à tout le monde que j'aimerais assister à une grande comission d'enquête dans le domaine de l'alimentation.

Grand-Langue

Solange a dit…

Moi je ne m'y connais pas beaucoup dans le transport, mais je sais que je fini toujours par payer plus cher les aliments.

Peter Olson a dit…

Comme je n'ai pas bu un verre de lait depuis 50 ou 60 ans... je me demande si je suis concerné? Bon, il faut aussi transporter le vin et pas mal d'autres choses que je consomme. :-)