jeudi 28 juin 2012

Raciste ou pas?


Je ne pense pas souvent au racisme, probablement parce que je n'y suis pas souvent confronté. Pourtant, des polémiques sur ce qu'a dit untel récemment, m'ont fait penser à ce fléau et aussi à la façon dont on en tire avantage.


Il ne faut pas oublier que je suis née dans une Finlande, où on ne voyait pas beaucoup de gens d'une autre couleur que la sienne. Les choses ont un peu changé depuis.

Quand j'étais à l'école, je devais avoir dans le 8 ou 9 ans, un jour on nous a montré un film de femmes noires en train de danser les seins nus. Un garçon que cela a beaucoup amusé s'est fait disputer par l'instituteur, qui lui demandait s'il n'avait jamais vu les seins de sa maman au sauna. Les seins des négresses (c'est ainsi qu'on disait à l'époque, et je ne l'ai jamais trouvé péjoratif) n'avaient rien de différent.

Quand mon neveu, qui est né dans une petite ville dans le sud du pays il y a près de 40 ans, a accompagné ses parents  à Helsinki, et qu'il y a vu un noir pour la première fois de sa petite vie, il a eu une surprise de taille puisque plus grande que lui. Il était encore tout petit et il ne comprenait pas ce qu'il voyait. Il en était d'ailleurs de même avec les clochards qui traînaient sur la place du marché. Il ne les aimait pas.  

Bien sûr, en Finlande il y avait les tsiganes, les "tattare" comme on les appelait en suédois, "mustalaiset" en finnois, probablement des descendants des premiers roms arrivés dans les pays nordiques quelques siècles plus tôt. Les femmes étaient facilement reconnaissables à leurs vêtements, des multi-robes ornées de broderies pesant parfois une dizaine de kilos. Je crois d'ailleurs qu'elles les portent encore aujourd'hui.

L'été, une de ces dames avait l'habitude de venir proposer sa production de broderies à ma mère qui en achetait gentiment une sans en avoir besoin. D'après coup, je me demande si elle en aurait fait de même si la vendeuse avait été une finlandaise toute blonde, habillée "normalement". Peut-être pratiquait-elle tout simplement du racisme positif bien avant l'ère de la discrimination positive!

Plus tard, quand les premiers réfugiés somaliens sont arrivés en Finlande, elle a ouvert la porte à un de ceux-ci et lui a acheté une horrible peinture qu'elle a ensuite rangé dans un tiroir. Je pense qu'elle a de nouveau fait du "racisme positif". A ma question "pourquoi", la réponse était "il essayait de gagner sa vie". 

La Finlande n'a jamais été un pays colonisateur, contrairement à la France où on a très tôt connu des gens d'un autre aspect. C'est d'ailleurs en France qu'on m'a traitée de raciste la première fois.

Cela est arrivée lorsque je n'ai pas voulu céder aux avances d'un jeune homme d'une couleur autre que la mienne qui m'avait abordée dans la rue. "Vous êtes raciste" ou "Tu es raciste" était la phrase que j'ai appris à attendre au bout de peu de temps, car c'est ce que me disaient systématiquement les dragueurs malheureux, sans essayer de chercher la raison de mon refus dans leur comportement général au lieu de la chercher dans la couleur de leur peau.

Maintenant on ne me drague plus. Ou alors si peu.

J'ai donc parfois du mal à comprendre. Si quelqu'un dit qu'il a des amis d'une couleur autre que la sienne, les politiquement corrects prétendent que c'est un comportement fréquent de quelqu'un qui est ou qui a été raciste. 

Alors moi qui ne dis pas que j'ai des amis vert, bleu ou violet, en suivant cette logique je ne suis pas raciste! Pourtant la logique - au moins la mienne - voudrait que la personne qui ait des amis gris ou orange soit moins raciste que celle qui n'en a pas. Mais peut-être tout n'est il qu'une question d'occasion, d'opportunité et de hasard.

Et comme de toute façon on a démontré avec preuve d'ADN à l'appui, que les hommes de toutes les couleurs ont les mêmes origines, et qu'il n'y ait pas de race(s), comment peut-on être raciste puisque cela n'existe pas.

Je pense que ce que nous prenons parfois pour du racisme, est le fait que nous ne comprenons pas toujours la façon de vivre de ceux qui n'ont pas les mêmes racines que nous, et qui par conséquent ont une autre culture, une autre façon de vivre. Certains parmi nous ont plus de facilité à accepter les différences, d'autres ne comprennent pas comment on peut manger des insectes (ou des escargots).


Rien d'anormal à préférer fréquenter des gens avec lesquels on a des choses en commun, ce qui n'empêche pas qu'on ne doit pas prendre tous les autres pour des imbéciles.

Je pense à un couple de retraités. Depuis qu'ils en ont le temps ils ont déjà visité des pays comme la Thaïlande ou le Maroc, ils sont allés à Bali, en Norvège et je ne sais plus où. Mais à les écouter tout est mauvais partout. Ici c'est l'eau du robinet qui n'est pas potable (et pourtant les indigènes en boivent), là les gens sont habillés bizarrement et ne parlent même pas correctement le français. Voire pas du tout. A la fin j'ai bouché les oreilles pour ne plus entendre leurs âneries - et surtout pour éviter que je leur demande pourquoi ils quittaient leur village puisque partout ailleurs tout était si mauvais.

J'espère que les jeunes générations de toutes les couleurs seront moins cons, et surtout, qu'un jour, nous pourrons tous vivre les uns avec les autres sans nous foutre sur la gueule avec des prétextes qui, à bien réfléchir,  frisent le ridicule.

19 commentaires:

Sciarada a dit…

Ciao Hélène, esistono le simpatie e le antipatie al di la del colore della pelle, siamo esseri umani, ma il razzismo non mi piace indica poca apertura mentale e incapacità di accettazione!
Sorridente giornata!

Fifi a dit…

"J'espère que les jeunes générations de toutes les couleurs seront moins cons, et surtout, qu'un jour, nous pourrons tous vivre les uns avec les autres sans nous foutre sur la gueule avec des prétextes qui, à bien réfléchir, frisent le ridicule."
Merci Hpy pour cette conclusion ! Le monde à venir pour les futures générations sera multi-culturel, il l'est déjà.
Cela dit, ce qui ne nous ressemble pas, suscite la peur et la méfiance, qui que nous soyons. L'essentiel est d'en prendre conscience pour raisonner et empêcher de nuire cette peur de la différence. (comme ci-dessus) Je suis régulièrement en contact avec des personnes d'une autre culture que la mienne. Et suis régulièrement touchée par la complicité, les connivences qui passent le plus souvent par le regard, les paroles restant maladroites pour le dire. Cela n'est pas acquis de suite, il s'agit de s'apprivoiser pour pouvoir vivre dans un monde de toutes les couleurs.

Brigitte a dit…

Bonjour, dans les temps anciens le rayon d'action des gens était limité à leur environnement proche, maintenant grâce aux déplacements plus faciles et rapides et surtout grâce aux nouvelles technologies de communication l'étranger devient presque familier. Le racisme est un péché de l'ignorance, un peu d'éducation et il s'envole..

Olivier a dit…

ma mere qui enfant vivait dans un village de mayenne, m'a raconte que la premiere fois qu'elle avait vu un noir (enfant) , c’était avec sa tante dans un train, elle avait crie "oh un tout sale", sa tante ne savait plus ou se mettre ;).
Parcontre je suis d'accord avec ton couple "d'ami", pourquoi les New Yorkais ne parlent pas Français ?? hein ;o))

Mick Mather a dit…

Surely it is the person making the claim of "racism" who is the racist. That, said, I see no racism in this beautiful photograph.

Ina a dit…

Ehkä rasismi on alitajuista pelkoa, jota ylimielisyys yrittää peittää.

Peut être le racisme est de la peur inavouée que l'arrogance essaye de dissimuler.

Suzanne Bouchard a dit…

Quelle belle réflexion, merci , je ne me crois pas raciste bien sûr mais on ne sait jamais ! :)

Peter Olson a dit…

Moi, je supporte même les finnois! :-)

Sacha a dit…

Je salue le commentaire de Brigitte qui résume fort bien cet état de sottise qu'est le racisme
Sacha

Flo de Sendai a dit…

Coucou Hpyl,
au Japon, il y a aussi des etrangers qui sont persuades d'etre victimes de racisme a longueur de temps, mais ca vient assez souvent d'eux....moi, j'en arrive parfois a oublier completement que je suis differente des gens qui m'entourent.
Ah, il faut de tout pour faire un monde, n'est-ce pas ?

Tu sais, j'ai des raisons pour m'interesser a la Finlande, hehe...

BIsous.

Solange a dit…

Une belle réflexion, bien souvent c'est par peur que les gens sont racistes.

Thérèse a dit…

Et dire que même les daloniens apprennent à distinguer les couleurs.
Bon bien sur, pour avoir habité l'Arizona, le sujet ne m'est pas inconnu et je me remets à penser tristement au monsieur qui tenait la station d'essence où nous allions qui s'est fait assassiné au lendemain du 9/11.

Bergson a dit…

sur que les jeunes vont nous donner l'exemple surement un mélange dû à la crise et le développement du co : colocation, covoiturage.

Une chance pour la baisse de le connerie

claude a dit…

Comme dit Flo, qui est bien placée pour en parler, il faut de tout pour faire un monde : des blancs, des noirs, des chocolats, et même des rouges. Le monde serait ennuyeux sans cette diversité. C'est la connerie humaine, de tous les côtés, d'ailleurs, qui fait qu'il y en a des blancs qui n'aiment pas les noirs et les rouges, des noirs qui n'aiment pas les jaunes ni les blancs. Heureusement que la connerie humaine n'attend pas tout le monde.

delphinium a dit…

Vaste sujet qui mériterait une dissertation. L'autre jour, on m'a dit que je n'étais pas tolérante (à la limite du racisme) quand je me suis plainte du bordel qu'ont fait les Portugais après leur victoire en quart de finale à l'Euro. Dès que le match a été terminé, les voitures avec les klaxons à fond ont envahi le centre ville et elles ont tourné pendant des heures et des heures. idem pour les Espagnols l'autre soir et pour les Italiens hier soir.
Ce n'est pas du racisme, c'est simplement le respect de chacun. Ce n'est pas parce que j'habite presque au centre ville que je dois tout supporter, entre autres ces temps-ci les klaxons de joie des communautés qui fêtent la victoire de leur équipe à l'Euro. Il y a des règles à respecter et elles sont faites pour tout le monde.

Je plains les policiers qui ont de plus en plus de peine à faire leur travail. S'il arrête un petit revendeur de drogue provenant d'un pays africain, on les traite de racistes. Et pourtant ils font leur travail...

Je reçois dans mon bureau des personnes provenant d'horizons divers et je dois faire appliquer la loi suisse. Parfois cette loi est mal comprise, notamment pour tout ce qui concerne la violence conjugale. Il est alors difficile de montrer que nous n'avons pas forcément les mêmes façons de penser mais que nous devons vivre ensemble.
Le vivre ensemble est un concept difficile. Accepter l'autre tel qu'il est, avec sa façon de penser, ses coutumes parfois différentes. On appelle cela l'interculturalité. Même je veux bien accepter l'autre s'il m'accepte aussi et s'il accepte les règles du pays dans lequel il vit. Autrement il n'y a pas d'intégration...
Vaste sujet n'est-ce pas?

hpy a dit…

Merci Delphinium pour ce vaste commentaire qui est aussi une suite à ce que j'ai écrit et qui ne traite absolument pas tout de la question. J'aurais pu écrire bcp plus, avec des exemples comme ceux cités par vous et Marguerite-Marie, j'aurais pu parler de la volonté d'intégration des uns et le refus des autres, j'aurai pu parler de bcp d'autres choses encore, mais tout cela ne sortira peut-être qu'un autre jour où il se sera encore passé quelque chose qui me fera réagir. (Il s'en passe tous les jours, mais j'ai appris à me taire.)

lyliane a dit…

Qu'est ce que le racisme? la première fois que j'ai vu un "noir"américain c'était à la libération de la France sur les champs Élysées où mes parents fêtaient la mise dehors de leur pays, un peuple qui voulait leur imposer leur lois par la souffrance,mon grand père y a laissé sa vie et il disait dans ses lettres écrites du camp de Mauthaussen :" La France aux Français,courage, nous retrouverons notre liberté".De tels mots aujourd'hui et il serait traité de raciste....Je n'admets pas que dans un pays étranger, qui vous a accueilli et où certains sont nés, veulent imposer leurs lois, leur langage et leur façon de vivre, on y respecte ses lois et ses coutumes et on ne profite pas de la société à outrance. J'aime voyager et dans tous les pays que je visite je me plie le plus possible à leurs coutumes, sans leur imposer les miennes.Suis je raciste?

Liisa a dit…

Erinomainen postaus!

Hyvää viivkonloppua!

Anonyme a dit…

ONE PRIME EXAMPLE DE RACISME.
THE TAYVON MARTIN CASE.
IF GEORGE ZIMMERMAN IS AQUITTED WILL RIOTS FOLLOW?
WHEN(REVEREND?)JESSE JACKSON AND AL SHARTON SHOW UP,TROUBLE FOLLOWS