jeudi 8 mars 2018

Christian et Christiane


Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à eux ce matin, peut-être parce que c'est la journée de la femme, et que leur histoire parle de la force que peut posséder une petite femme.

Christian est Christiane étaient nés au début du 20° siècle; je ne les ai donc jamais connu jeunes, pourtant ils l'avaient été, s'étaient mariés et avaient eu trois enfants.

Lui était bel homme, et se plaisait en société. Elle était plutôt petite, et paraissait un peu effacée. Quand enfant j'accompagnais mes parents chez eux, s'était surtout lui qui parlait, qui racontait des histoires pendant qu'elle l'écoutait.

Plus tard, un jour, en accompagnant ma mère dans le corps de ferme où ils habitaient une grande maison, et où leur fille Christine en habitait une autre, plus petite, mais toute mignonne, je remarquai une ligne fraîchement peinte sur le parquet en bois.

Je ne posai pas de question et laissai ma mère prendre le café avec Christiane qui paraissait toute seule à la maison. Il me semblait pourtant avoir vu Christian dehors, et comme nous le connaissions aussi, je m'étonnai de son absence prolongée.

Ce n'est qu'une fois parties que ma mère  me raconta que Christian en avait eu assez de sa vie avec Christiane. Il avait attendu la retraite pour enfin avoir d'autres envies, et maintenant il voulut divorcer.

Mais le corps de ferme appartenait à Christiane. Sans doute le reste de ce qu'ils possédaient aussi.

Christiane refusa de lui céder quoi que ce soit et Christian, sans doute un peu intéressé par le corps de ferme et tout le reste, pour la faire plier, traça une ligne au sol, séparant la maison en deux. Elle montait même dans le frigo. Un coté pour lui, un coté pour sa femme si têtue.

Depuis le jour où il traça cette ligne, Christian n'adressa plus aucune parole à sa femme, et Christiane aucun à son mari.

Pourtant ils vécurent des années encore, toujours dans la même maison, en partageant  le même frigo, sans jamais passer de l'autre coté de la ligne tracée à la peinture rouge. 

Christian ne partit jamais.

***
La maison sur la photo n'a rien à voir avec les protagonistes de mes souvenirs.





7 commentaires:

Brigitte a dit…

Tout au cours de notre vie nous rencontrons des Christian et Christiane qui ont des lignes virtuelles rouges dans leur cerveau, tracées par l'hypocrisie, je préfère la peinture qui me semble plus honnête

claude a dit…

Il paraît que c'est de plus en plus souvent qu'un couple se sépare et que le mari et la femme continue de vivre ensemble. Il faut savoir un jour tout plaquer, femme ou mari, confort, et un peu d'argent aussi. C'est des fois le prix de la liberté ; elle est tellement plus importante que tout le reste.

Miss_Yves a dit…

"Corps de ferme", j'ai failli lire "corps de femme"...

Marguerite-marie a dit…

j'ai connu un couple: des collègues de ma sœur. C'est aussi la femme qui en a eu assez de supporter ce mari charmant en société et odieux à la maison. Elle lui a annoncé qu'elle voulait divorcer. ils avaient une très belle et grande maison. quelques jours après elle téléphone en pleurs à ma sœur: elle venait de rentrer du lycée, il avait coupé tous les objets qu'il avait pu en deux ...les tables , les chaises, les fauteuils... enfin bref de la vraie folie, ma sœur est allée tout de suite en appelant un gendarme qu'ils connaissaient.Il est venu et a raisonné le mari. Le mari a quitté la maison le jour même. et Elle aussi d'ailleurs et ils se sont séparés définitivement ce jour-là.

ELFI a dit…

un récit qui fait froid au coeur... un divorce, terrible et difficile est
à préférer à ce calvaire...
bises e.

Thérèse a dit…

Il faut savoir célébrer les divorces me disait une amie psychologue...
J'en ai connu des cas semblables. Un couple ami des parents à attendu eux que le dernier de leurs cinq enfants ait eu 21 ans pour divorcer. On ne s'est jamais aperçu de quoi que ce soit avant le divorce... et les enfants apparemment pas non plus sinon une certaine froideur entre les parents.

Dédé a dit…

Mais tu es là! ;-) Je croyais que tu avais tracé un trait définitif sur ton blog. Il y a tant de couples qui se déchirent... finalement, un trait et ne plus parler est peut-être une solution moins pire que les bagarres incessantes. Bises alpines ma belle. Et je vais mettre ton blog dans ma liste de blogs amis puisqu'il renaît. Comme le printemps? ;-)