lundi 3 février 2014

Décruter?

Comme d'habitude, je me fais bouffer par le travail.

C'est encore sur la route que j'ai passé une bonne partie de mon samedi. Cette fois-ci, je n'étais pas au volant et personne ne pourra donc m'accuser de faire des photos en roulant. Quoique...

Ayant fini le coté professionnel de notre déplacement, DD et moi sommes allés déjeuner au Carreau des Halles, une brasserie devenue un lieu d'habitudes en peu de temps.

Nous y avons entendu des voisins de table rigoler en se demandant quel est le contraire de recruter. La réponse était décruter, suivi d'un gros rire.

La Seine était en crue, sans pour autant avoir ni recruté, ni décruté avant.




Les bateaux à quai étaient à l'eau, ce qui est tout à fait normal, mais les voitures à quai y étaient aussi, ce qui l'est moins.




Un peu plus loin, nous avons fait demi-tour pour prendre la Chaussée des Vieux.


Nous nous disions qu'il pouvait être intéressant de voir où menait une rue portant ce nom plutôt inhabituel.


C'était un cul-de-sac!



Au moins, me dis-je quand nous avons fait demi-tour, le cimetière n'était pas au bout.



C'était déjà ça!



Nous promenant ainsi, nous avons fait une quarantaine de kilomètres pour relier Rouen à Duclair, alors que nous aurions pu, en prenant une autre route, en faire la moitié de moins.



La Seine y était plus large que d'habitude, et avait laissé des débris sur la chaussée en se retirant un peu.

L'après-midi passait comme si j'avais été en vacances. 

Tout à l'heure j'ai eu un coup de fil de quelqu'un se présentant comme partenaire du Ministère du Redressement (Im)Productif. Je lui ai répondu que je n'avais rien à lui dire si elle appelait de la part de son ministre, car j'ai du mal à croire à tout ce qu'on nous promet.

Un spécialiste en valorisation du patrimoine me dit l'autre jour que le gouvernement avait fait encore une usine à gaz (c'est du niveau industriel) en proposant leurs lois rétroactives (retoquées par le Conseil Constitutionnel), et que le résultat était des règles générales contrebalancées par des exceptions à tout va.

Bref, bien que je ne puisse pas être d'accord avec tout ce qui se fait, nous ne faisons rien pour que cela n'aille pas. La preuve, nous n'avons pas décruté, nous avons recruté, en plus sans compter sur des subventions pour le faire. Comme la Seine en crue. Voilà pourquoi je me fais bouffer par le travail, et que je n'ai même plus le temps de bloguer. 

13 commentaires:

ELFI a dit…

heureusement tu trouves encore une minute pour donner de tes nouvelles..
duclair , une ville fleurie l'été avec le passage des grands bateaux sur la seine..doit maintenant souffrir du trop plein.. bises à vous deux..

Thérèse a dit…

Mis a part ta derniere phrase que je prends au plus grand serieux j'ai bien ri en relisant ton billet.
Le "retroactif" c'est encore un monument ce truc la. Non seulement c;est inconstitutionnel (?) mais en plus cela prouvre que les lois qui sont produites ne sont pas bien serieuses et que ce sont des ignorants qui les pondent.
Bon je m'arrete.

Alain a dit…

Les quais inondés sont une image assez inhabituelle d'un port. Pour ce qui est du reste, je trouve assez triste de voir des gens se réjouir des difficultés que nous traversons actuellement.

hpy a dit…

Alain, je n'ai pas l'impression que les gens se réjouissent comme tu dis; au contraire, ils "déjouissent", mais parfois en faisant un peu d'humour pour mieux survivre aux difficultés. Qui peut leur en vouloir?

claude a dit…

Suis bien d'accord avec ta réponse à Alain.
On se fait bouffer en amont et en aval, si je puis dire.
Beaucoup hésite à recruter car après pour décruter, c'est pratiquement impossible ou alors ça coûte la peau des fesses.
Quant aux débordements des eaux, il y a des crues et même des recrues.

Miss_Yves a dit…

Il y avait déjà "déconstruire", comme néologisme,passé depuis, je crois, dans le dictionnaire, voilà "décruter"...
il est vrai qu'"embaucher " a pour contraire "débaucher" avec un double sens, d'ailleurs...

Marguerite-marie a dit…

oui certains rient pour conjurer le sort qu'ils craignent. Comme Thérèse je souris en te lisant espérant que tu ne déblogueras pas même si tu manques de temps: la qualité remplace chez toi la quantité . Prends ton temps, repose toi.

Maria dolores Lopez godoy a dit…

Ohh, impresionantes sus fotografias, eres una gran artista. Saludos desde
http://redecoratelg.blogspot.com.es/

Cergie a dit…

Voilà, on a beau dire du travail il y en a finalement.... Quant au fait que certains se réjouissent je suis assez d'accord avec Alain, avec ce qu'il sous entend, que si la France va mal ou si elle ne s'améliore pas assez vite, on (certains) tourne son regard vers ceux et celui qui est aux commandes en ce moment et on espère le décruter sinon par les urnes du moins par la rue...

Cergie a dit…

Je suis allée ce matin sur les bords de Seine à Conflans ste Honorine, l'eau était haute mais pas au niveau des quais.
Avez vous pris le bac à Duclair ? On n'en est pas encore à passer la Seine à gué mais un jour cela viendra peut-être...

claude a dit…

Pour décruter Patapouf, je pense que la rue attend les urnes. Mais quel gâchis pendant ce temps là.

Alain a dit…

Claude à l'air de penser que tout le monde partage ses idées...ce serait bien de respecter celles des autres.

hpy a dit…

Ici Claude et Alain ont le droit d'exprimer leurs opinions divergentes. Claude n'est pas obligée de penser comme Alain, et Alain n'est pas obligé de penser comme Claude. Chacun peut s'exprimer, tant qu'il reste dans certaines limites. Sinon la modératrice sévit. (Ce n'est pas encore arrivé, même pas quand des opinions qui divergent de celle de la modératrice sont tombés.)