jeudi 2 juillet 2009

27 ans

Du 2 juillet 1982 (car le 1° juillet était un dimanche) au 2 juillet 2009, cela fait 27 ans de hauts et de bas.

Tu n'avais que 24 ans quand tu as créé ton entreprise, tu en as plus que le double aujourd'hui.

Je sais, et pourtant je n'étais pas là à tes débuts, que ce n'était pas si facile que cela. On m'en a parlé. Des clients qui t'étaient fidèles depuis le début me l'ont raconté. et pourtant, eux, ils ne pouvaient pas tout savoir.

Ils ne pouvaient pas savoir mais seulement deviner l'énergie que tu y mettais tous les jours. Tu le fais d'ailleurs encore aujourd'hui. Je ne ferais pas la moitié de ce que tu fais, et pourtant j'aime travailler.

Il y a ceux qui t'ont donné ta chance, il y a aussi ceux qui n'ont rien fait mais qui en voulaient les lauriers. Il y a aussi ceux qui ont essayé de te casser, car ton problème, c'est que tu ne laisses pas indifférent. On t'aime, ou on te déteste.

Mais tu es toujours là. Un peu plus fatigué, non, beaucoup plus fatigué qu'à tes débuts, car tout ce qui passe laisse des traces.

Je ne te souhaite pas 27 autres années similaires. Je te les souhaite avec moins de soucis, moins de fatigue, et plus de considération pour ton métier - et pourtant je sais que cela va de pire en pire.

Je ne connais pas beaucoup de métiers dont on dit autant de mal, à tort d'ailleurs, et qui sont pourtant si utiles.

Etre transporteur, c'est un métier passionnant, mais c'est crevant. Etre transporteur-chef-d'entreprise-chauffeur tout à la fois, c'est se lever tôt, très tôt le matin, ne pas toujours rentrer chez soi, se faire engueuler parce qu'on arrive, ni trop tôt, ni trop tard, mais à l'heure. (Oui, cela arrive.)

C'est être responsable de ses chauffeurs et payer pour leurs infractions sociales s'ils en font et qu'on vous juge responsable. Encore heureux que ton personnel soit sérieux.

C'est trouver et garder des clients en espérant qu'ils soient solvables.

C'est tellement de choses passionnantes, mais c'est de plus en plus contraignant.

C'est un beau métier, mais on est en train de le casser, et c'est dommage, car quoi que certains en disent, transporter 25 tonnes de marchandises en une seule fois pollue beaucoup moins que de faire 25 transports d'une tonne. Même l'ADEME a fini par l'admettre, officiellement.

Je pourrais sans doute continuer pendant des heures, mais quoi que je dise, ceux qui sont contre, le seront toujours.

Je te souhaite de pouvoir aller jusqu'au bout dans le travail que tu t'es choisi, sans avoir à entendre tous les jours ou presque, les conneries que peuvent dire les gens qui ne connaissent rien, rien du tout à ton métier.

Ce n'est pas la peine que je te souhaite du courage DD, car je ne connais personne qui en a autant que toi. A la place je te souhaite un peu de repos.

19 commentaires:

Thérèse a dit…

Un bel hommage Hélène, un beau métier.
Et puis par hasard en France le mois dernier (déjà) il y a eu une émissions tv sur les transporteurs et je pense avoir compris un peu mieux ce monde que l'on côtoie chaque jour lorsqu'on roule sans toujours faire attention au respect des distances qui les met souvent en état d'infraction. Ou "si vous ne me voyez pas dans le rétroviseur, je ne vous vois pas non plus." les heures sup... et ne pas rentrer souvent chez soi le soir.

Alors bons futurs anniversaires DD, celui-ci y compris avec plus de hauts que de bas ou moins de bas que de hauts. Champagne!

Joseph Pulikotil a dit…

Hi:)

Greetings:)

You have paid excellent tribute to a hard working man and also explained the complexities of the trade so wonderfully.

DD does look tired, concerned and worried. Certainly he needs some rest and recreation. To me he looks like a workaholic and he enjoys what he is doing.

Have a nice day:)
Joseph

Olivier a dit…

bravo, un superbe manifeste sur ce dur métier et un bel hommage.

claude a dit…

Je trouve que les gens qui ont la passion du métier qu'il ont choisi n' en sont pas toujours récompensés.
DD a l'amour des camions, le mien l'amour du bois, et pourtant tous les deux galèrent.
C'est un bel hommage que tu lui rends à ton DD
Je ne lui souhaite pas du courage puisque tu dis qu'il en a à revendre, mais je lui souhaite bonne chance en espérant qu'il puisse continuer à exercer ce métier qu'il aime jusqu'à l'heure de la retraite. Bises Hélène, et à DD aussi.

Lara a dit…

well, a little bit of support matters sometimes the most.

Cergie a dit…

Une belle déclaration d'amour... Et je vais ajouter à celle ci que Patrick m'a dit qu'il avait beaucoup d'estime pour DD qu'il a eu la chance de rencontrer (grâce aux petites conneries qui servent à rien des deux femmes, càd le blog), et c'est pas peu dire avoir l'estime d'un homme travailleur comme Pat que je fréquente depuis 36 ans (il en avait 20 à l'époque) c'est pas rien.
De plus, non seulement DD est travailleur, il est aussi profondément humain et tolérant

Cergie a dit…

Bon c'est pas tout ça, elle sont où les chattes pendant ce temps ? Il n'y a plus que les peluches dans le décor. J'adore le panneau du mur et les tableaux en mosaïque. DD a tout de même de la chance d'avoir trouvé une compagne telle que toi, ou du mérite de la garder et d'avoir su la dresser ?
(C'est pas l'anniv de DD aujourd'hui, si ?)

Delphinium a dit…

bon ben moi je suis un peu à fleurs de peau ces jours-ci. A fleurs parce que je côtoie le blog de claude qui met plein de fleurs en photo, et puis de peau parce que j'ai toujours de la peau sur mes os, ce qui est signe que je suis encore là et pas enterrée. Alors quand je suis à fleurs de peau, je pleure facilement, de colère, d'émotion positive ou négative et quand je vous lis ce matin, et ben je me suis mise à renifler parce que quand je suis à fleurs de peau, je peux aussi me mettre à renifler. Voilà. C'est un très bel hommage que vous rendez là à votre homme ma chère dame du Nord, tout en retenue mais vous écrivez avec vos tripes et on le sent bien.

Mon père est aussi chef d'entreprise. Il l'a fondée quand il était déjà marié, avec ses trois enfants qui étaient, en tous les cas pour les deux premiers déjà adolescents voire adultes. La petite dernière tirait sur ses 10 ans. Patiemment il a monté sa boîte et s'est fait un nom. Celui d'un homme honnête, travailleur, à l'écoute du client, certes un peu bougon (mais foncièrement honnête). Et ce n'est pas un milieu facile pour les gens honnêtes. Garder les prix, ne pas faire de dumping, bien payer ses employés, former des apprentis etc. Je suis fière de mon père, de ce qu'il a fait et qu'il fait encore pour ses clients et pour ses employés. Pourtant il devrait peut-être songer à se reposer maintenant, pour enfin prendre sa retraite. Et puis pour nous faire plus de fondue.
Voilà ce à quoi j'ai pensé en vous lisant, il faut rendre hommage aux petits chefs d'entreprise parce que ce sont aussi eux qui font marcher notre économie et pas seulement les grands pontes en cravate dans les banques.

Je souhaite donc à DD de toujours prendre du plaisir dans ce qu'il fait et à sa compagne encore toute l'énergie pour le soutenir. Et puis qui sait? un jour peut-être que je rencontrerai DD. Je serai contente parce que mon surnom à moi, c'est aussi DD. Mais cela il ne faut pas le dire.

Allez, je vous embrasse et aussi une grosse bise à DD.

Peter a dit…

Moi aussi, je suis très touché par ce que viens de lire, y compris dans les commentaires ! Même si ça n’as pas toujours été facile, je pense que DD doit être très fier et maintenant content de lire surtout ce que tu as écrit ! C’est une belle compensation et, je suis sur, bien méritée ! Tu lui dit bien bonjour de ma part?

Deslilas a dit…

Belle déclaration, je ne suis pas le premier à l'écrire mais c'était ma première pensée qui souvent est la bonne.
le transporteur a une très bonne roue de secours.

claude a dit…

Je repasse parce que j'ai trouvé ton post touchant. la photo de DD aussi d'ailleurs, il a l'air soucieux. La vie professionnelle n'est pas toujours facile. J'en connais un rayon aussi. Des fois mon Chéri se pose des questions. Faut-il continuer ou faut-il arrêter ? Et il continue, et pourtant en ce moment ce n'est pas les commandes qui abondent. Tout pendant qu'on tient tout pendant que le banquier le veut bien...
Il faut rester positif. Re-bises Hélène.

Mick a dit…

The Gypsy life, romantic as it appears, is belied by uncertainty and the hard work you describe. Still, as tired as DD appears and may actually be, I'll wager that he gets a thrill every time he sets out upon the road. That feeling of excitement that a case of wanderlust offers at the outset also provides contentment and some sort of satisfaction.

Bergson a dit…

Ah le DD quel homme et en plus de tout ce travail ; il faudrait peut être pas oublier le terrassement, le tronconnage, le barbecue et la photo
et j'en oublie surement

Je pense d'ailleurs que tu pourrais ajouter un lien sur les épisodes précédents sur le coté comme Phalacrocorax.

isopeikko a dit…

Peikko ei ymmärtänyt mitään, mutta arvailee ittekseen. 27 vuotta on pitkä aika.

Amalia a dit…

Samat sanat, kun Peikolla :) Jos kuitenkin Onnittelisin varmuuden vuoksi.

alice a dit…

Je lis et je relis depuis hier mais je ne trouve pas les mots que je voudrais, cette photo est tellement triste.

Daniel a dit…

Voila un vrai hommage à DD tu dois bien l'apprécier...
Il y a trop a dire sur la C... de certaines personnes pour que je commente davantage.
Bonne journée. :o))

namaki a dit…

maintenant il nous faudrait une photo de DD souriant après un tel hommage et une si belle preuve d'amour ...

DD a dit…

Je vous dit à vous tous merci de m'avoir dit des paroles gentilles et très touchantes envers mon égard et ma profession. Merci Madame Hélène ainsi que Moumoune et Nefertiti.